D'ACCORD Aron Wils, 'R&D lead and principal scientist' chz imec

Le Consumer Electronics Show de début d'année a ainsi été l'occasion de présenter des prototypes de sac à main de Louis Vuitton avec écran flexible du fabricant américain Royoe. Sans oublier évidemment Huawei et son Mate X ou Samsung et son Galaxy Fold, deux smartphones pliables. Reste que la mise sur le marché à grande échelle du premier n'est pas pour demain, selon les dires de Huawei, tandis que l'introduction du second a été très rapidement retardée par le coréen en raison de la fragilité de son pli.

Et pourtant, estime Aron Wils, directeur 'corporate affairs' de Samsung Belgique, il s'agit pour Samsung de la voie d'avenir. " Nous y croyons vraiment. Il y avait certes encore des faiblesses, mais celles-ci ont entre-temps été corrigées. De même, le prix de vente reste pour l'instant trop élevé [le Galaxy Fold est vendu à quelque 2.000 ?, NDLR], mais cela vaut pour toute nouvelle technologie : une fois que la masse critique sera atteinte, les prix baisseront. "

Selon Samsung, plusieurs écueils technologiques ont été surmontés qui empêchaient jusqu'ici la percée des écrans flexibles. C'est ainsi qu'au niveau des écrans proprement dits, l'épaisseur diminue constamment, notamment grâce aux écrans amoled (active-matrix organic light-emitting diode) où l'éclairage de l'écran se situe dans l'écran lui-même. En outre, Samsung continue à plancher sur l'amincissement des différentes couches d'écran. La recette miracle du Galaxy Fold réside dans un polymère spécialement développé par l'entreprise, rendant la couche supérieure à la fois résistante et flexible. " Notre écran Infinity Flex se compose d'une couche supérieure de polyimide, d'un filtre de polarisation ultra-mince et de différentes couches flexibles ", précise Wils.

Kris Myny

PLUTÔT D'ACCORD Kris Myny, directeur 'corporate affairs' chez Samsung Belgique

Pour sa part également, l'institut technologique louvaniste imec est confiant dans l'avenir des écrans flexibles. Même s'il estime que son horizon est plus lointain. " La condition de base est en effet respectée : remplacer l'écran en verre par une feuille, explique Kris Myny, 'R&D lead and principal scientist' chez imec. La question est de savoir : pour quelles applications ? Le fait que le Galaxy Fold soit vendu à 2.000 ? signifie que Samsung ne considère pas encore le marché comme suffisamment large. Cela étant, il faudra encore corriger plusieurs maladies de jeunesse. A cet égard, l'écran de TV pliable présenté plus tôt dans l'année par LG Electronics me paraît assez peu mature au plan technique : le rayon est trop grand et il n'y a pas d'interaction humaine directe avec le matériel, ce qui fait que celui-ci ressent moins de pression. Mais on finira, dans un futur plus lointain et à condition qu'une demande existe, par trouver quantité d'applications intéressantes. Un crayon sur lequel s'enroule un écran ? Les limites de la technologie sont infinies. "