PLUTÔT D'ACCORD Peter Hinssen, entrepreneur, fondateur de Nexxworks et auteur

Peter Hinsen, entrepreneur, fondateur de Nexxworks et auteur, constate que l'Europe a complètement raté le train du numérique. " Partout autour de nous, on a vu émerger des géants technologiques, alors que nous sommes restés spectateurs. Le dernier acteur technologique mondial digne de ce nom en provenance d'Europe était SAP, et c'était déjà bien loin au siècle passé. " Peter Hinssen souligne que cette évolution n'est pas due à une absence de talents. " Lorsque l'on circule dans la Silicon Valley et que l'on visite les labos d'IA et de robotique d'Apple, Facebook ou Google, on rencontre partout des Européens. Ceux-ci n'étaient pourtant pas convaincus de pouvoir faire la différence sur le Vieux Continent. "

L'actuelle guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis est qualifiée par Peter Hinssen de 'bras de fer de volumes'. " La Chine compte chaque année plus de 5 millions de diplômés en STEM. Soit une armée d'ingénieurs, de développeurs de logiciels et de techniciens qui ne fera que renforcer l'avance technologique asiatique dans les prochaines années. " Pourtant, Peter Hinssen considère que l'Europe n'est pas encore hors-jeu. " Un parfait exemple de manière dont les choses peuvent changer est la reprise de Volvo par la chinoise Geely. Près de 10 ans plus tard, Volvo est plus forte que jamais. La combinaison de la créativité, du design et de l'innovation européennes, associée à la force de frappe chinoise dans le domaine de la taille, du marché et des capitaux a donné un résultat particulièrement encourageant. "

Jeff de Kleijn

Peter Hinssen ne se veut donc pas défaitiste. " Nous avons raté la première vague de rupture, mais la prochaine - sur le plan de la santé, de l'agriculture, de l'alimentation et de l'énergie - sera encore plus importante et profonde. C'est pourquoi nous devons nous y préparer. Nous pouvons encore y jouer un rôle majeur. Mais nous devrons réfléchir de manière intelligente aux partenariats et alliances à nouer, et peut-être ne pas toujours considérer l'Orient comme une menace. "

PAS D'ACCORD Jeff de Kleijn, directeur général de Dilaco

Jeff de Kleijn est directeur général du prestataire de services IT belge Dilaco, et a travaillé ces 15 dernières années en Chine et à Singapour notamment. " Les Américains, et entre-temps aussi les Chinois, sont nettement plus efficaces dans la commercialisation de produits technologiques. L'Europe dispose certes du marché domestique le plus grand, mais celui-ci reste désespérément fragmenté, de sorte que les nouveaux produits technologiques européens éprouvent bien plus de difficultés à acquérir une échelle suffisante. Par rapport à des pays comme la Chine, les Etats-Unis ou Israël, il manque en Europe une culture de l'entreprenariat technologique fort. "

Toujours selon Jeff de Kleijn, l'Europe a certainement encore un avenir dans le domaine technologique. "Mais il faut unifier le marché intérieur européen et permettre aux rêves européens de se concrétiser, à l'instar de l'American Dream ou de sa variante chinoise, le Zhongguo Meng. "