D'ACCORD Marco Bal, ingénieur système principal Benelux chez Pure Storage

Pure Storage fournit du 'all-flash storage' qu'elle considère comme 'utility' : toujours opérationnel, constamment accessible, automatiquement connecté aux plateformes sous-jacentes, sécurisé au maximum et sans 'downtime'. " Les entreprises génèrent, traitent et stockent toujours plus de données. Le stockage doit apporter la solution avec des services pour tous les types de charges de travail, avec une latence la plus faible possible et une protection optimale des données. Cela exige une architecture 'software- defined' où les données occupent la place centrale ", explique Marco Bal, ingénieur système principal Benelux chez Pure Storage. Et de rompre forcément une lance pour le stockage 'all-flash'. En effet, l'accès plus rapide aux données permet de traiter davantage de transactions et d'applications ainsi que d'accélérer la fourniture de services.

Arnaud Bacros

"Les clients demandent de la flexibilité. Pour citer un exemple : une société qui a opté voici 3 ans pour une baie d'extension de 11 To peut l'échanger aujourd'hui sans interruption contre une baie de 40 To. Celle-ci est nettement plus performante que le châssis en place qu'il faut étendre avec des armoires supplémentaires. Celles-ci ne font qu'occuper davantage de place, avec le risque à terme que la baie soit remplie. La flexibilité se traduit également par une amélioration des performances de stockage à n'importe quel endroit, sachant que le stockage virtuel dans le cloud offre les mêmes possibilités que les plateformes sur-site. "

PAS D'ACCORD Arnaud Bacros, directeur général Enterprise Benelux de Dell Technologies

" Pour répondre correctement à cette problématique, il ne faut pas se limiter au seul aspect matériel du stockage, considère Arnaud Bacros, directeur général Enterprise Benelux de Dell Technologies. Si l'on ne prend en compte que le matériel, force est effectivement de constater que de nombreux éléments du stockage peuvent désormais être considérés comme de la commodité. La différence se situe toutefois surtout au niveau du logiciel et de l'approche 'software-defined' du stockage. "

" S'il ne faut pas considérer le stockage comme de la commodité pure, c'est notamment en raison de la demande croissante de solutions de stockage spécifiques pour des charges de travail particulières. Dans le cadre de l'intelligence artificielle et de l'apprentissage machine, les entreprises demandent des solutions de stockage qui ne peuvent être fournies par n'importe quel acteur du stockage et qui ne sont donc pas de la commodité. "

" Une autre évolution sur le plan du stockage concerne le passage vers une infrastructure convergée ou hyperconvergée (CI ou HCI) où le stockage joue un rôle de premier plan. A ce niveau également, il est impossible de prétendre que le stockage est une commodité. Les entreprises envisagent le CI ou le HCI pour des applications spécifiques, avec également des demandes très spécifiques en termes de stockage. "