D'ACCORD Christian Zahorski-Philippe, directeur des ventes PAN-EU d'AWS Public Sector

Amazon Web Services (AWS), fournisseur de plateformes de clouds publics, considère désormais le nuage comme la nouvelle normalité. " Un nombre toujours croissant d'organisations optent pour le tout-au-cloud. Des entreprises de toutes tailles déploient maintenant en standard leurs nouvelles applications dans le cloud et examinent la possibilité de basculer au plus vite leurs applications existantes, estime Christian Zahorski-Philippe, directeur des ventes PAN-EU d'AWS Public Sector. Bon nombre d'entreprises ont d'ores et déjà franchi le pas ou s'y emploient. La majorité des organisations ont prévu à cet égard un plan à 2 à 4 ans. "

Christian Zahorski-Philippe avance 4 raisons pour justifier le passage au cloud. " La première est l'agilité. Les clients peuvent développer et déployer rapidement de nouvelles applications, ce qui permet aux équipes d'expérimenter et d'innover plus rapidement et plus fréquemment. Le cloud est également une source d'économie de coûts : on ne paie que pour l'IT que l'on utilise. Ce coût variable est inférieur à celui de l'investissement en interne grâce aux économies d'échelle d'AWS. Le 3e argument est l'élasticité : les organisations peuvent augmenter ou réduire leurs capacités en fonction de leurs besoins réels. Enfin, le cloud permet au département IT de mieux se concentrer sur les activités à valeur ajoutée et bénéficient d'une fiabilité et d'une évolutivité supérieures. "

Dirk Deridder

PAS D'ACCORD Dirk Deridder, directeur opérationnel IT chez Smals

Mark Phillips, responsable Multi-cloud Services chez Fujitsu, observe que les organisations ne migrent pas forcément tout dans le cloud, mais évoluent plutôt vers un modèle hybride qui combine l'infrastructure IT interne avec le cloud. Cette forme mixte offre la flexibilité nécessaire pour gérer les données sensibles et les charges de travail classiques sur les plateformes internes ou dans un centre de données local, tout en exploitant par ailleurs le cloud. Mark Phillips est convaincu de la puissance d'un multi-cloud hybride, une solution qui repose sur différentes solutions de cloud.

Dirk Deridder, directeur opérationnel IT chez Smals, ne considère pas la relation entre le centre de données local et le cloud comme noir/blanc. " Une analyse approfondie des avantages et inconvénients s'impose toujours. " Cette analyse ne penche pas toujours chez Smals en faveur du nuage. Smals fournit des services ICT en gestion partagée à des administrations belges et supporte le programme G-Cloud, en partenariat avec le secteur privé. " Nos clients accordent beaucoup d'importance à la vie privée et à la confidentialité. Nous opérons dans un cadre strict qui ne convient pas toujours au cloud. Sur le plan technique également, une migration n'offre que peu de valeur ajoutée pour certaines applications et charges de travail. "