Le Japon vient s'ajouter ainsi à une mini-série de pays qui effectuent actuellement une enquête antitrust relative aux pratiques commerciales de géants technologiques américains tels Apple et Google. Plus tard ce mois-ci, une commission d'enquête sera chargée d'examiner les connexions entre les fabricants de smartphones japonais et les firmes technologiques américaines. Voilà ce que révèle le journal Nikkei Asia sur la base de sources gouvernementales. Cette commission devra rechercher des pratiques commerciales douteuses et si elle en trouve, cela pourrait engendrer d'assez sévères sanctions. Les systèmes d'exploitation d'Apple et de Google, à savoir iOS et Android, couvrent à présent quelque nonante pour cent du marché japonais.

Les enquêtes les plus récentes sur les pratiques d'Apple et de Google, dont une a été entamée par l'UE, portent sur la façon dont les développeurs d'applis peuvent répandre ces dernières. Les différents magasins d'applis, qui sont pour iOS par exemple la seule manière de distribuer les logiciels aux iPhone, prélèvent un sérieux pourcentage des rentrées, ce qui représente une infraction aux lois sur les monopoles de ces pays.

Le Japon vient s'ajouter ainsi à une mini-série de pays qui effectuent actuellement une enquête antitrust relative aux pratiques commerciales de géants technologiques américains tels Apple et Google. Plus tard ce mois-ci, une commission d'enquête sera chargée d'examiner les connexions entre les fabricants de smartphones japonais et les firmes technologiques américaines. Voilà ce que révèle le journal Nikkei Asia sur la base de sources gouvernementales. Cette commission devra rechercher des pratiques commerciales douteuses et si elle en trouve, cela pourrait engendrer d'assez sévères sanctions. Les systèmes d'exploitation d'Apple et de Google, à savoir iOS et Android, couvrent à présent quelque nonante pour cent du marché japonais.Les enquêtes les plus récentes sur les pratiques d'Apple et de Google, dont une a été entamée par l'UE, portent sur la façon dont les développeurs d'applis peuvent répandre ces dernières. Les différents magasins d'applis, qui sont pour iOS par exemple la seule manière de distribuer les logiciels aux iPhone, prélèvent un sérieux pourcentage des rentrées, ce qui représente une infraction aux lois sur les monopoles de ces pays.