On est ainsi passé de 4.500 antennes, réparties sur 2.900 sites, en 2011 à 5.700 antennes comptabilisées sur 3.000 sites (un site pouvant contenir plusieurs antennes de différents opérateurs) en 2014, peut-on lire dans les journaux de Sudpresse vendredi.

Cette augmentation s'explique notamment par le passage de la 3G à la 4G, qui a forcé les opérateurs à élever le nombre d'antennes-relais, mais aussi, simplement, par le nombre d'utilisateurs qui ne cesse de croître.

A Bruxelles, le nombre d'antennes est également en hausse. On y compte un millier de sites d'implantations et le double d'antennes placées. La Flandre compte quant à elle 3.300 sites d'implantations, qui abritent plus de 6.000 antennes.

En 2014, l'Institut scientifique de service public a rendu 1.300 avis concernant tant des dossiers d'installations de nouvelles antennes que des dossiers de remplacement d'antennes existantes. Pour une partie de ces dossiers, les implantations seront effectives début 2015.