Il s'agissait d'un fichier de 200 Mo, annonce Microsoft dans un article de blog. Dans le cadre de ces recherches, l'entreprise travaille en étroite collaboration avec des scientifiques de l'université de Washington.

Selon Microsoft, il est désormais question de tirer parti à plus grande échelle de cette technologie fondée sur l'ADN. L'entreprise espère qu'un jour, toutes les données stockées dans un centre de données tiendront dans un support à base d'ADN d'une taille équivalente à quelques morceaux de sucre. De longues recherches devront encore être menées pour atteindre cet objectif.

Il s'agissait d'un fichier de 200 Mo, annonce Microsoft dans un article de blog. Dans le cadre de ces recherches, l'entreprise travaille en étroite collaboration avec des scientifiques de l'université de Washington.Selon Microsoft, il est désormais question de tirer parti à plus grande échelle de cette technologie fondée sur l'ADN. L'entreprise espère qu'un jour, toutes les données stockées dans un centre de données tiendront dans un support à base d'ADN d'une taille équivalente à quelques morceaux de sucre. De longues recherches devront encore être menées pour atteindre cet objectif.