L'actuel plan de crise télécom a vu le jour après la catastrophe du Pukkelpop en août 2011. Il prévoit qu'en cas de catastrophe, l'on puisse appeler les gens à envoyer des SMS, communiquer avec les données mobiles ou utiliser les réseaux en place.

Cet appel a été lancé hier par le ministre, les opérateurs concernés et le Centre de crise. Les opérateurs ont ouvert leurs bornes wifi en tant qu'alternative. Le ministre souhaite que les opérateurs reprennent dans leur analyse tous les éléments pertinents et qu'ils vérifient aussi l'impact des actuelles normes de rayonnement sur une saturation assez rapide des réseaux.

De Croo entend, conjointement avec le Centre de crise, évaluer également l'utilisation plus intensive encore des médias sociaux en cas de catastrophe. Outre les opérateurs, il invitera également Microsoft (Skype), Facebook (Whatsapp), Twitter et Google entre autres à participer à cette concertation.

L'actuel plan de crise télécom a vu le jour après la catastrophe du Pukkelpop en août 2011. Il prévoit qu'en cas de catastrophe, l'on puisse appeler les gens à envoyer des SMS, communiquer avec les données mobiles ou utiliser les réseaux en place.Cet appel a été lancé hier par le ministre, les opérateurs concernés et le Centre de crise. Les opérateurs ont ouvert leurs bornes wifi en tant qu'alternative. Le ministre souhaite que les opérateurs reprennent dans leur analyse tous les éléments pertinents et qu'ils vérifient aussi l'impact des actuelles normes de rayonnement sur une saturation assez rapide des réseaux.De Croo entend, conjointement avec le Centre de crise, évaluer également l'utilisation plus intensive encore des médias sociaux en cas de catastrophe. Outre les opérateurs, il invitera également Microsoft (Skype), Facebook (Whatsapp), Twitter et Google entre autres à participer à cette concertation.