Ces trois prochaines années, Sturtewagen souhaite aider à améliorer au niveau européen la normalisation des systèmes (où sont interconnectées l'électrotechnique et l'ICT). C'est la troisième fois qu'un Belge devient président d'une organisation de coordination européenne.

"En tant que pays, la Belgique est connue pour trouver des consensus entre les points de vue de différents interlocuteurs et ainsi parler d'une même voix. Avec Cenelec, nous entendons continuer de créer des normes. Cela ne pourra que favoriser le commerce entre les pays et soutenir le marché européen unifié", a déclaré Sturtewagen.