A en croire les explications de KPN, ce seraient des "raisons familiales impérieuses" qui ont été à la base de la décision d'Ibarra, qui rentre en Italie. Il mettra à profit les trois prochains mois pour garantir une transition aussi fluide que possible à son successeur, dont on ne connaît pas encore le nom.

Ibarra, qui a la double nationalité colombienne et italienne, déclare déplorer le timing de sa décision, mais prétend ne pas avoir d'autre choix. Le conseil des commissaires de KPN, par la voie du président Duco Sickinghe, regrette la décision de son directeur, tout en insistant sur le fait que l'entreprise la comprend.

Ibarra était le premier non-Néerlandais à diriger KPN. Son ambition était de remettre l'entreprise sur le chemin des rachats après des années d'assainissements. Ibarra fut en 2016 l'un des architectes de l'importante fusion entre le réseau sans fil de VimpelCom et l'unité locale de CK Hutchison dans le cadre de l'un des principaux accords télécoms en Europe.

Ibarra mènerait entre-temps des négociations avec la firme américaine Comcast à propos d'une fonction directoriale au sein de l'entreprise de TV payante Sky Italia, signale l'agence de presse Bloomberg sur base de certaines sources. Il ne serait cependant pas le seul candidat.