Thierry Delaporte vient du concurrent Capgemini, où il était Chief Operation Officer et membre du conseil d'administration. Il peut s'enorgueillir d'une carrière de 25 ans chez Capgemini, où il assuma plusieurs fonctions dirigeantes. Précédemment, il y fut entre autres CEO de la Global Financial Services Strategic Business Unit et responsable mondial des divisions de services.

Delaporte succède à Abid Neemuchwala, qui avait en janvier déjà annoncé son départ pour des raisons familiales. A noter que Delaporte dirigera le groupe à partir de Paris et fera rapport au président Rishad Premji. Wipro est un fournisseur de services IT indien qui propose également des 'consulting & business process services'. A l'échelle mondiale, l'entreprise occupe quelque 170.000 collaborateurs. Au Benelux, Wipro possède, à l'entendre, 400 employés environ et dispose d'un siège à Hoofddorp (Pays-Bas). Delaporte sera chargé de faire croître l'entreprise plus rapidement que durant ces dernières années, au cours desquelles d'autres acteurs indiens tels Infosys et HCL lui ont mis la pression.

Thierry Delaporte vient du concurrent Capgemini, où il était Chief Operation Officer et membre du conseil d'administration. Il peut s'enorgueillir d'une carrière de 25 ans chez Capgemini, où il assuma plusieurs fonctions dirigeantes. Précédemment, il y fut entre autres CEO de la Global Financial Services Strategic Business Unit et responsable mondial des divisions de services.Delaporte succède à Abid Neemuchwala, qui avait en janvier déjà annoncé son départ pour des raisons familiales. A noter que Delaporte dirigera le groupe à partir de Paris et fera rapport au président Rishad Premji. Wipro est un fournisseur de services IT indien qui propose également des 'consulting & business process services'. A l'échelle mondiale, l'entreprise occupe quelque 170.000 collaborateurs. Au Benelux, Wipro possède, à l'entendre, 400 employés environ et dispose d'un siège à Hoofddorp (Pays-Bas). Delaporte sera chargé de faire croître l'entreprise plus rapidement que durant ces dernières années, au cours desquelles d'autres acteurs indiens tels Infosys et HCL lui ont mis la pression.