"La libre mise à disposition de données réutilisables des services publics bruxellois constitue un game changer pour le développement de Bruxelles en tant que Smart City. Très concrètement, il s'agit de données liées par exemple à la qualité de l'air, aux signaux routiers, travaux routiers, données cartographiques ou points d'accès de réseaux wifi gratuits. Open Data ne sera plus l'exception, mais bien la règle générale pour les services publics bruxellois", affirme la secrétaire d'Etat Debaets.

Avec Open Data, la Région de Bruxelles-Capitale entend inciter les entreprises et start-ups à innover et à développer de nouveaux services, afin de générer une meilleure qualité de vie pour les citoyens, visiteurs et entreprises à Bruxelles. Selon les chiffres publiés par la fédération technologique Agoria, ce type de politique Open Data rapportera à l'économie bruxelloise 180 millions d'euros et 1.500 nouveaux emplois.

Les développeurs IT bruxellois étaient depuis assez longtemps déjà demandeurs d'un tel site portail. Grâce aux données librement disponibles, ils pourront rendre leurs services encore plus novateurs et efficients.

"Plus nous pourrons structurer et réunir de données d'entreprise de manière rationnelle, plus nous aiderons à générer de la valeur économique pour nos clients et la société", explique Toon Vanagt de l'entreprise bruxelloise Data.be.