Ce sont surtout les bacheliers professionnels en technologie (+12 pour cent) et en ICT (+8 pour cent) qui sont les orientations privilégiées, selon Agoria, alors que les études d'ingénieur civil (IR) connaissent un statu quo. Les masters en sciences industrielles (-3 pour cent) et en ICT (-6 pour cent) perdent encore provisoirement légèrement du terrain, mais les inscriptions dans les universités se poursuivent quelques semaines encore.

"La promotion des orientations STEM porte ses fruits", déclare Wilson De Pril, directeur général d'Agoria Vlaanderen. "Les études technologiques attirent davantage d'étudiants et ce, pour la cinquième année consécutive, et la proportion de filles croît cette année, puisque nous flirtons avec le cap des 1.000 inscriptions contre 818 l'année dernière."

L'an dernier, nous avons enregistré en tout 8.151 étudiants pour les études technologiques. Selon les calculs d'Agoria, c'était un record. Toujours d'après la fédération technologique, ce record est actuellement déjà battu.

Agoria se dit très satisfaite de l'évolution du nombre de bacheliers. "Les diplômes de bachelier permettent un accès rapide au marché du travail", ajoute De Pril, qui pointe du doigt la durée plus courte des études comme facteur de succès. Les entreprises engagent rapidement les jeunes porteurs de ce type de diplôme et accordent elles-mêmes beaucoup d'attention à la formation.

Besoin d'ingénieurs

L'afflux vers des formations d'ingénieur continue entre-temps de susciter l'attention nécessaire. De Pril: "Nombre d'entreprises recherchent du personnel académique possédant d'importantes compétences en business analytics, et qui soit doué d'une force novatrice. La sensibilisation à propos des études d'ingénieur doit donc à coup sûr être poursuivie."

Agoria observe encore que les écoles supérieures investissent ces dernières années avec succès dans le marketing et le recrutement d'étudiants suivant les orientations STEM. Certaines universités insistent par ailleurs sur une plus forte et meilleure orientation et prévision de chances de réussite avant d'entamer un trajet académique.

"Les deux tendances sont essentielles", conclut De Pril. "Les jeunes choisissent en tout cas de manière plus concrète et flexible. Ils attendent manifestement plus qu'avant qu'un diplôme mène à d'intéressantes opportunités de carrière, et ils savent que grâce aux programmes de changement d'orientation, ils peuvent éventuellement se réorienter."

Ce sont surtout les bacheliers professionnels en technologie (+12 pour cent) et en ICT (+8 pour cent) qui sont les orientations privilégiées, selon Agoria, alors que les études d'ingénieur civil (IR) connaissent un statu quo. Les masters en sciences industrielles (-3 pour cent) et en ICT (-6 pour cent) perdent encore provisoirement légèrement du terrain, mais les inscriptions dans les universités se poursuivent quelques semaines encore. "La promotion des orientations STEM porte ses fruits", déclare Wilson De Pril, directeur général d'Agoria Vlaanderen. "Les études technologiques attirent davantage d'étudiants et ce, pour la cinquième année consécutive, et la proportion de filles croît cette année, puisque nous flirtons avec le cap des 1.000 inscriptions contre 818 l'année dernière." L'an dernier, nous avons enregistré en tout 8.151 étudiants pour les études technologiques. Selon les calculs d'Agoria, c'était un record. Toujours d'après la fédération technologique, ce record est actuellement déjà battu. Agoria se dit très satisfaite de l'évolution du nombre de bacheliers. "Les diplômes de bachelier permettent un accès rapide au marché du travail", ajoute De Pril, qui pointe du doigt la durée plus courte des études comme facteur de succès. Les entreprises engagent rapidement les jeunes porteurs de ce type de diplôme et accordent elles-mêmes beaucoup d'attention à la formation. Besoin d'ingénieursL'afflux vers des formations d'ingénieur continue entre-temps de susciter l'attention nécessaire. De Pril: "Nombre d'entreprises recherchent du personnel académique possédant d'importantes compétences en business analytics, et qui soit doué d'une force novatrice. La sensibilisation à propos des études d'ingénieur doit donc à coup sûr être poursuivie."Agoria observe encore que les écoles supérieures investissent ces dernières années avec succès dans le marketing et le recrutement d'étudiants suivant les orientations STEM. Certaines universités insistent par ailleurs sur une plus forte et meilleure orientation et prévision de chances de réussite avant d'entamer un trajet académique. "Les deux tendances sont essentielles", conclut De Pril. "Les jeunes choisissent en tout cas de manière plus concrète et flexible. Ils attendent manifestement plus qu'avant qu'un diplôme mène à d'intéressantes opportunités de carrière, et ils savent que grâce aux programmes de changement d'orientation, ils peuvent éventuellement se réorienter."