Son bénéfice est passé d'1,24 million d'euros l'an dernier à 2,34 millions d'euros cette année. Selon le journal De Tijd, c'est surtout dû à la diminution des charges financières après l'entrée en Bourse de Zetes. Son chiffre d'affaires a crû de 10 pour cent à 66,2 millions d'euros. 'Goods ID', la technologie d'identification des marchandises pour les magasins et les supermarchés, s'est distingué (+22,3 pour cent à 53 millions d'euros), mais 'People ID' a par contre régressé du même pourcentage (-22,3 pour cent à 13,3 millions d'euros).La raison en est l'absence d'un gros contrat, comme celui des élections au Congo (30 millions d'euros). Avant, Zetes affirmait qu'elle devrait décrocher chaque année un tel contrat, mais aujourd'hui, l'entreprise semble faire marche arrière. Conséquence: les objectifs de Zetes en matière de résultats annuels sont en danger. Ou comme le déclare Pierre Lambert, directeur financier de Zetes dans De Tijd: "Tout dépendra d'une signature."

Son bénéfice est passé d'1,24 million d'euros l'an dernier à 2,34 millions d'euros cette année. Selon le journal De Tijd, c'est surtout dû à la diminution des charges financières après l'entrée en Bourse de Zetes. Son chiffre d'affaires a crû de 10 pour cent à 66,2 millions d'euros. 'Goods ID', la technologie d'identification des marchandises pour les magasins et les supermarchés, s'est distingué (+22,3 pour cent à 53 millions d'euros), mais 'People ID' a par contre régressé du même pourcentage (-22,3 pour cent à 13,3 millions d'euros).La raison en est l'absence d'un gros contrat, comme celui des élections au Congo (30 millions d'euros). Avant, Zetes affirmait qu'elle devrait décrocher chaque année un tel contrat, mais aujourd'hui, l'entreprise semble faire marche arrière. Conséquence: les objectifs de Zetes en matière de résultats annuels sont en danger. Ou comme le déclare Pierre Lambert, directeur financier de Zetes dans De Tijd: "Tout dépendra d'une signature."