Depuis le lancement de l'eID en 2003, c'est Zetes qui se charge de produire la carte. Le nouveau document contient plusieurs nouvelles fonctionnalités et améliorations sur le plan de la sécurité.

C'est ainsi que l'eID intègre désormais deux puces électroniques au lieu d'une: une puce à contact et une autre sans contact. Cette dernière permet à l'eID de servir de document de voyage offrant la possibilité d'être lue à la frontière. En tant que document de voyage, l'eID est, selon Zetes, entièrement compatible avec les normes de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI).

La puce à contact est notamment utilisée pour les interactions en ligne du citoyen avec les autorités. Elle permet aussi d'insérer une signature électronique.

Le concept même de la carte d'identité a été entièrement revu. L'eID embarque ainsi de nouveaux éléments en vue de combattre encore mieux la contrefaçon. L'affichage de la photo selon une technique de perforation à l'avant et une gravure au laser à l'arrière constitue une primeur mondiale, selon Zetes. Sur l'eID, deux empreintes digitales sont en outre stockées. Il s'agit là d'une technique qui est déjà intégrée aussi dans les passeports.

Depuis le lancement de l'eID en 2003, c'est Zetes qui se charge de produire la carte. Le nouveau document contient plusieurs nouvelles fonctionnalités et améliorations sur le plan de la sécurité.C'est ainsi que l'eID intègre désormais deux puces électroniques au lieu d'une: une puce à contact et une autre sans contact. Cette dernière permet à l'eID de servir de document de voyage offrant la possibilité d'être lue à la frontière. En tant que document de voyage, l'eID est, selon Zetes, entièrement compatible avec les normes de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI).La puce à contact est notamment utilisée pour les interactions en ligne du citoyen avec les autorités. Elle permet aussi d'insérer une signature électronique.Le concept même de la carte d'identité a été entièrement revu. L'eID embarque ainsi de nouveaux éléments en vue de combattre encore mieux la contrefaçon. L'affichage de la photo selon une technique de perforation à l'avant et une gravure au laser à l'arrière constitue une primeur mondiale, selon Zetes. Sur l'eID, deux empreintes digitales sont en outre stockées. Il s'agit là d'une technique qui est déjà intégrée aussi dans les passeports.