'Nous allons par exemple supprimer les vidéos, dans lesquelles on prétend qu'un candidat à la présidence a gagné les élections sur la base de bugs bien connus dans le logiciel utilisé ou d'erreurs dans le comptage des votes', a annoncé la plate-forme vidéo de Google.

Le président Donald Trump et ses proches déclarent sans la moindre preuve qu'il a perdu les élections en raison d'une tromperie de masse de la part de son adversaire, Joe Biden. Jusqu'à présent, YouTube n'avait retiré que les vidéos qui enfreignaient clairement ses directives. Ces dernières interdisent le spam, la fraude, l'influence coordonnée et tout contenu incitant à la violence.

Date-butoir expirée

Dans certains cas, des 'opinions controversées à propos des résultats ou du comptage des votes dans le cadre du scrutin étaient encore autorisées, parce que les fonctionnaires électoraux n'en avaient pas encore fini avec le décompte définitif'. Mais à présent, la 'safe harbor deadline', comme on appelle cette date-butoir, a expiré, et suffisamment d'états américains ont confirmé leurs résultats électoraux, peut-on lire dans un blog de Google: 'Voilà pourquoi nous allons commencer à supprimer tout contenu trompeur pour les citoyens, faisant état d'affirmations selon lesquelles la fraude ou d'autres erreurs ont changé les résultats des élections présidentielles américaines de 2020.'

'Nous allons par exemple supprimer les vidéos, dans lesquelles on prétend qu'un candidat à la présidence a gagné les élections sur la base de bugs bien connus dans le logiciel utilisé ou d'erreurs dans le comptage des votes', a annoncé la plate-forme vidéo de Google.Le président Donald Trump et ses proches déclarent sans la moindre preuve qu'il a perdu les élections en raison d'une tromperie de masse de la part de son adversaire, Joe Biden. Jusqu'à présent, YouTube n'avait retiré que les vidéos qui enfreignaient clairement ses directives. Ces dernières interdisent le spam, la fraude, l'influence coordonnée et tout contenu incitant à la violence.Dans certains cas, des 'opinions controversées à propos des résultats ou du comptage des votes dans le cadre du scrutin étaient encore autorisées, parce que les fonctionnaires électoraux n'en avaient pas encore fini avec le décompte définitif'. Mais à présent, la 'safe harbor deadline', comme on appelle cette date-butoir, a expiré, et suffisamment d'états américains ont confirmé leurs résultats électoraux, peut-on lire dans un blog de Google: 'Voilà pourquoi nous allons commencer à supprimer tout contenu trompeur pour les citoyens, faisant état d'affirmations selon lesquelles la fraude ou d'autres erreurs ont changé les résultats des élections présidentielles américaines de 2020.'