Les images de violence ou sanglantes ne sont pas tolérées sur YouTube, a fait savoir la maison-mère Google. Il s'agit du même contenu qui a été plusieurs fois mis en ligne. Il n'est pas établi combien de vidéos uniques ont été réalisées.

Les utilisateurs qui publient ce genre de contenu reçoivent dans un premier temps un avertissement. Si les fautes se répètent, leur compte peut être bloqué. La police d'Amsterdam a prié que les images de l'attaque ne soient pas partagées sur les réseaux sociaux.

Le chroniqueur judiciaire est grièvement blessé, et trois suspects ont été appréhendés par la police dans la soirée.

Les images de violence ou sanglantes ne sont pas tolérées sur YouTube, a fait savoir la maison-mère Google. Il s'agit du même contenu qui a été plusieurs fois mis en ligne. Il n'est pas établi combien de vidéos uniques ont été réalisées.Les utilisateurs qui publient ce genre de contenu reçoivent dans un premier temps un avertissement. Si les fautes se répètent, leur compte peut être bloqué. La police d'Amsterdam a prié que les images de l'attaque ne soient pas partagées sur les réseaux sociaux.Le chroniqueur judiciaire est grièvement blessé, et trois suspects ont été appréhendés par la police dans la soirée.