Dans le cadre de cette étude, Mozilla a demandé à une série de volontaires de signaler les vidéos qu'ils ont vues et qu'ils ont par la suite regretté d'avoir regardées. Selon l'étude, 71 % des vidéos jugées "regrettables" ont été recommandées par l'algorithme de recommandation de YouTube.

Parmi les vidéos recommandées par YouTube se trouvaient également des vidéos qui ont ensuite été retirées, parce qu'elles ont été jugées contraires aux politiques de contenu de YouTube. Pour sa part, la plateforme de streaming vidéo a déclaré que les utilisateurs ayant participé à ses propres études se disent satisfaits des vidéos qui leur ont été recommandées, et que l'algorithme montre aux utilisateurs des vidéos populaires, qui ont donc déjà été visionnées. Ce dernier point explique peut-être pourquoi les vidéos jugées "regrettables" selon l'étude de Mozilla ont souvent connu plus de succès sur YouTube que celles avec lesquelles personne n'avait de problème.

Contraires aux règles

YouTube affirme également ne pas comprendre ce que Mozilla entend précisément par "regrettable", ni dans quelle mesure les résultats de cette étude sont corrects, mais chercher continuellement à améliorer ses recommandations.

La plateforme de streaming vidéo de Google représente la plus grande source en ligne de vidéos et génère 2 milliards de visiteurs par mois. Son algorithme de recommandation est à l'origine de 70 % du temps passé sur la plateforme. Cependant, selon Mozilla, cela n'est pas aussi infaillible que YouTube aime à le dire. 9 % des vidéos jugées "regrettables" qui ont été recommandées au cours de l'étude ont été jugées contraires aux politiques de contenu et retirées par la suite, après avoir été activement recommandées. Dans cette étude, cela concernait 189 vidéos.

Pas en anglais

Les volontaires participant à l'étude ont signalé des vidéos contenant des informations erronées comme des vidéos qu'ils auraient préféré ne pas avoir vues. Le rapport démontre également que l'algorithme varie en fonction des langues. Ainsi, le taux de recommandations dérangeantes était par exemple nettement plus élevé dans les pays où l'anglais n'est pas la langue principale, et donc principalement au Brésil, en Allemagne et en France.

L'étude reposait sur les rapports de volontaires, obtenus via une extension appelée RegretsReporter, permettant aux utilisateurs de signaler les vidéos qu'ils auraient préféré ne pas avoir vues. Parmi les dizaines de milliers d'utilisateurs à avoir téléchargé le plugin, 1 662 ont au moins signalé une vidéo. Au total, 3 362 vidéos ont été signalées depuis 31 pays différents, entre juillet et mai 2020.

Dans le cadre de cette étude, Mozilla a demandé à une série de volontaires de signaler les vidéos qu'ils ont vues et qu'ils ont par la suite regretté d'avoir regardées. Selon l'étude, 71 % des vidéos jugées "regrettables" ont été recommandées par l'algorithme de recommandation de YouTube.Parmi les vidéos recommandées par YouTube se trouvaient également des vidéos qui ont ensuite été retirées, parce qu'elles ont été jugées contraires aux politiques de contenu de YouTube. Pour sa part, la plateforme de streaming vidéo a déclaré que les utilisateurs ayant participé à ses propres études se disent satisfaits des vidéos qui leur ont été recommandées, et que l'algorithme montre aux utilisateurs des vidéos populaires, qui ont donc déjà été visionnées. Ce dernier point explique peut-être pourquoi les vidéos jugées "regrettables" selon l'étude de Mozilla ont souvent connu plus de succès sur YouTube que celles avec lesquelles personne n'avait de problème.YouTube affirme également ne pas comprendre ce que Mozilla entend précisément par "regrettable", ni dans quelle mesure les résultats de cette étude sont corrects, mais chercher continuellement à améliorer ses recommandations. La plateforme de streaming vidéo de Google représente la plus grande source en ligne de vidéos et génère 2 milliards de visiteurs par mois. Son algorithme de recommandation est à l'origine de 70 % du temps passé sur la plateforme. Cependant, selon Mozilla, cela n'est pas aussi infaillible que YouTube aime à le dire. 9 % des vidéos jugées "regrettables" qui ont été recommandées au cours de l'étude ont été jugées contraires aux politiques de contenu et retirées par la suite, après avoir été activement recommandées. Dans cette étude, cela concernait 189 vidéos.Les volontaires participant à l'étude ont signalé des vidéos contenant des informations erronées comme des vidéos qu'ils auraient préféré ne pas avoir vues. Le rapport démontre également que l'algorithme varie en fonction des langues. Ainsi, le taux de recommandations dérangeantes était par exemple nettement plus élevé dans les pays où l'anglais n'est pas la langue principale, et donc principalement au Brésil, en Allemagne et en France.L'étude reposait sur les rapports de volontaires, obtenus via une extension appelée RegretsReporter, permettant aux utilisateurs de signaler les vidéos qu'ils auraient préféré ne pas avoir vues. Parmi les dizaines de milliers d'utilisateurs à avoir téléchargé le plugin, 1 662 ont au moins signalé une vidéo. Au total, 3 362 vidéos ont été signalées depuis 31 pays différents, entre juillet et mai 2020.