Verizon espère récupérer 4 à 5 milliards en revendant le duo, à en croire The Wall Street Journal. Tant Yahoo qu'AOL furent à un moment donné des géants internet, mais les deux marques ont perdu une grande partie de leur superbe.

Plan médias en échec

Selon le journal, Verizon envisage de revendre les deux marques à un fonds de capitalisation 'private equity' appelé Apollo Global Management. L'accord n'a cependant pas encore été confirmé par les parties en question, alors qu'il n'y a guère d'informations qui circulent à ce propos.

Verizon est un opérateur télécom qui avait aux Etats-Unis racheté AOL en 2015 pour 4,4 milliards de dollars. Deux ans plus tard, il racheta également Yahoo pour 4,5 milliards de dollars. Avec cette nouvelle division médias, Verizon espérait devenir un rival d'acteurs comme Google et Facebook sur le marché de la publicité en ligne. La réputation des deux entreprises était cependant déjà en train de décliner à ce moment-là, même si Yahoo conserve jusqu'à aujourd'hui une petite part bénéficiaire sur le marché publicitaire. Cela ne semble cependant pas suffisant pour Verizon, qui compte sur des liquidités, afin de se créer une infrastructure dans le domaine de la 5G notamment.

Fragmenté

La division médias de l'entreprise comprend non seulement des services tels Yahoo Finance et Yahoo Mail, mais aussi une série de sites d'infos populaires, dont TechCrunch et Engadget. La division a l'année dernière généré 7 milliards de dollars de rentrées, soit quelque trois milliards de moins que ce que Verizon attendait.

Avec des rentrées en recul et en l'absence d'un véritable plan stratégique, Verizon est depuis tout un temps déjà occupée à revendre des éléments de sa division médias. Le réseau social Tumblr a ainsi été cédé il y a deux ans à Automattic, l'entreprise qui possède aussi Wordpress. Le journal internet HuffPost a lui aussi changé de main, fin de l'année passée, et est détenu à présent par la firme de médias BuzzFeed. Les deux marques ont été revendues à perte.

Verizon espère récupérer 4 à 5 milliards en revendant le duo, à en croire The Wall Street Journal. Tant Yahoo qu'AOL furent à un moment donné des géants internet, mais les deux marques ont perdu une grande partie de leur superbe.Selon le journal, Verizon envisage de revendre les deux marques à un fonds de capitalisation 'private equity' appelé Apollo Global Management. L'accord n'a cependant pas encore été confirmé par les parties en question, alors qu'il n'y a guère d'informations qui circulent à ce propos.Verizon est un opérateur télécom qui avait aux Etats-Unis racheté AOL en 2015 pour 4,4 milliards de dollars. Deux ans plus tard, il racheta également Yahoo pour 4,5 milliards de dollars. Avec cette nouvelle division médias, Verizon espérait devenir un rival d'acteurs comme Google et Facebook sur le marché de la publicité en ligne. La réputation des deux entreprises était cependant déjà en train de décliner à ce moment-là, même si Yahoo conserve jusqu'à aujourd'hui une petite part bénéficiaire sur le marché publicitaire. Cela ne semble cependant pas suffisant pour Verizon, qui compte sur des liquidités, afin de se créer une infrastructure dans le domaine de la 5G notamment.La division médias de l'entreprise comprend non seulement des services tels Yahoo Finance et Yahoo Mail, mais aussi une série de sites d'infos populaires, dont TechCrunch et Engadget. La division a l'année dernière généré 7 milliards de dollars de rentrées, soit quelque trois milliards de moins que ce que Verizon attendait.Avec des rentrées en recul et en l'absence d'un véritable plan stratégique, Verizon est depuis tout un temps déjà occupée à revendre des éléments de sa division médias. Le réseau social Tumblr a ainsi été cédé il y a deux ans à Automattic, l'entreprise qui possède aussi Wordpress. Le journal internet HuffPost a lui aussi changé de main, fin de l'année passée, et est détenu à présent par la firme de médias BuzzFeed. Les deux marques ont été revendues à perte.