Les femmes dans le secteur technologique se heurtent régulièrement encore à des obstacles qui les empêchent d'entreprendre. Elles sont aux prises avec la combinaison famille-entreprise, mais elles ne sont en outre pas non plus toujours prises au sérieux par les clients ou les investisseurs. Il reste par conséquent important d'accorder davantage d'attention à des entrepreneuses ayant réussi en tant que modèles à suivre.

Mais il y a aussi de l'espoir. L'incubateur Start it @KBC annonce en effet que dans le cadre de sa dernière phase de présentations, 53 pour cent des 68 jeunes pousses à succès avaient été (co-)fondées par des femmes. Le pourcentage de femmes actives dans le secteur technologique a crû ces dernières années de 7 pour cent pour atteindre 27 pour cent.

Pour poursuivre cette progression, Start it @KBC, Netwerk Ondernemen et VLAIO lancent le trajet 'Women in Tech', un programme de coaching. 'Le programme d'accompagnement se compose en premier lieu d'une série de webinaires, où des fondatrices d'entreprise partagent leurs expériences et expliquent comment elles ont vaincu les barrières qui se dressèrent devant elles', explique Anna Thomlinson, managing director de Start it @KBC. 'Les modèles féminins à suivre servent de mentor et de coach. A partir de 2021, s'ensuivra un intensif trajet d'accompagnements pour les fondatrices.'

L'un des mentors n'est autre que Dewi Van De Vyver, CEO de Flow Pilots et élue cette année ICT Woman of the Year par Data News. 'Nous observons toujours davantage l'arrivée de l'intelligence artificielle, qui est programmée quasi entièrement d'un point de vue masculin et qui ne tient pas compte ou à peine de la situation des femmes", déclare Van De Vyver.

'De plus, il existe un manque flagrant de connaissance sur le rôle significatif que les femmes ont joué dans l'ICT telle qu'elle est devenue aujourd'hui. C'est ainsi par exemple que Margaret Hamilton fut le lead software designer pour la mission Apollo en 1969, mais son nom fut à peine mentionné dans les livres d'histoire.'

Les femmes dans le secteur technologique se heurtent régulièrement encore à des obstacles qui les empêchent d'entreprendre. Elles sont aux prises avec la combinaison famille-entreprise, mais elles ne sont en outre pas non plus toujours prises au sérieux par les clients ou les investisseurs. Il reste par conséquent important d'accorder davantage d'attention à des entrepreneuses ayant réussi en tant que modèles à suivre.Mais il y a aussi de l'espoir. L'incubateur Start it @KBC annonce en effet que dans le cadre de sa dernière phase de présentations, 53 pour cent des 68 jeunes pousses à succès avaient été (co-)fondées par des femmes. Le pourcentage de femmes actives dans le secteur technologique a crû ces dernières années de 7 pour cent pour atteindre 27 pour cent.Pour poursuivre cette progression, Start it @KBC, Netwerk Ondernemen et VLAIO lancent le trajet 'Women in Tech', un programme de coaching. 'Le programme d'accompagnement se compose en premier lieu d'une série de webinaires, où des fondatrices d'entreprise partagent leurs expériences et expliquent comment elles ont vaincu les barrières qui se dressèrent devant elles', explique Anna Thomlinson, managing director de Start it @KBC. 'Les modèles féminins à suivre servent de mentor et de coach. A partir de 2021, s'ensuivra un intensif trajet d'accompagnements pour les fondatrices.'L'un des mentors n'est autre que Dewi Van De Vyver, CEO de Flow Pilots et élue cette année ICT Woman of the Year par Data News. 'Nous observons toujours davantage l'arrivée de l'intelligence artificielle, qui est programmée quasi entièrement d'un point de vue masculin et qui ne tient pas compte ou à peine de la situation des femmes", déclare Van De Vyver.'De plus, il existe un manque flagrant de connaissance sur le rôle significatif que les femmes ont joué dans l'ICT telle qu'elle est devenue aujourd'hui. C'est ainsi par exemple que Margaret Hamilton fut le lead software designer pour la mission Apollo en 1969, mais son nom fut à peine mentionné dans les livres d'histoire.'