Microsoft annonce Windows Server 2022 en avant-première lors de la conférence virtuelle Microsoft Ignite, où l'entreprise aborde entre autres Azure, Microsoft 365, MS Dynamics et Power Platform.

En janvier déjà, on apprenait suite à une fuite que le prochain Windows Server ne serait pas '2021', mais '2022'. Aujourd'hui, Microsoft le confirme avec une version en avant-première. Même si l'entreprise ne le déclare pas explicitement dans sa communication, il était question en début d'année déjà que ce serait un LTSC (Long Term Servicing Channel), ce qui représente cinq années de support, en plus d'un lustre de soutien étendu.

Cela est surtout important pour les environnements, où la stabilité et la compatibilité sont cruciales. C'est ainsi que les applis ne doivent pas tous les deux ans être adaptées aux nouvelles versions et que les fonctionnalités demeurent en grande partie inchangées.

Sécurité

Microsoft promet entre autres une meilleure sécurité multicouche, une plate-forme d'applications flexible et des 'capacités hybrides'. Pour ce qui est de la sécurité, il y aura des connexions HTTPS plus rapides qui disposeront désormais du cryptage SMB AES 256. La gestion des serveurs et les Windows Containers notamment seront améliorés.

Nuage

Autres annonces faites par Microsoft lors d'Ignite: une nouvelle zone de centres de données dans le nord de la Chine. Pour Windows Virtual Desktop, il y aura aussi de meilleurs outils pour le déploiement de systèmes d'exploitation, ainsi qu'une meilleure protection.

Au niveau des 'nuages industriels spécifiques', l'entreprise lancera trois nouvelles niches: 'financial services', 'manufacturing' et 'nonprofit'. Le nombre de solutions spécifiques au secteur s'établit ainsi à cinq, après l'annonce en octobre de l'année dernière d'un nuage industriel pour les soins de santé, suivi en janvier par un nuage Microsoft pour le commerce de détail.

Microsoft annonce Windows Server 2022 en avant-première lors de la conférence virtuelle Microsoft Ignite, où l'entreprise aborde entre autres Azure, Microsoft 365, MS Dynamics et Power Platform.En janvier déjà, on apprenait suite à une fuite que le prochain Windows Server ne serait pas '2021', mais '2022'. Aujourd'hui, Microsoft le confirme avec une version en avant-première. Même si l'entreprise ne le déclare pas explicitement dans sa communication, il était question en début d'année déjà que ce serait un LTSC (Long Term Servicing Channel), ce qui représente cinq années de support, en plus d'un lustre de soutien étendu.Cela est surtout important pour les environnements, où la stabilité et la compatibilité sont cruciales. C'est ainsi que les applis ne doivent pas tous les deux ans être adaptées aux nouvelles versions et que les fonctionnalités demeurent en grande partie inchangées.Microsoft promet entre autres une meilleure sécurité multicouche, une plate-forme d'applications flexible et des 'capacités hybrides'. Pour ce qui est de la sécurité, il y aura des connexions HTTPS plus rapides qui disposeront désormais du cryptage SMB AES 256. La gestion des serveurs et les Windows Containers notamment seront améliorés.Autres annonces faites par Microsoft lors d'Ignite: une nouvelle zone de centres de données dans le nord de la Chine. Pour Windows Virtual Desktop, il y aura aussi de meilleurs outils pour le déploiement de systèmes d'exploitation, ainsi qu'une meilleure protection.Au niveau des 'nuages industriels spécifiques', l'entreprise lancera trois nouvelles niches: 'financial services', 'manufacturing' et 'nonprofit'. Le nombre de solutions spécifiques au secteur s'établit ainsi à cinq, après l'annonce en octobre de l'année dernière d'un nuage industriel pour les soins de santé, suivi en janvier par un nuage Microsoft pour le commerce de détail.