L'organisation estime que tout consommateur devrait lui-même pouvoir décider de quelle manière ses données personnelles sont utilisées. Ce changement de politique a précédemment déjà été critiqué par la commissaire européenne en charge de la concurrence Margrethe Vestager, ainsi que par l'autorité allemande de la concurrence.

Dans une réaction, WhatsApp déclare que sa politique et ses conditions en matière de respect de la vie privée n'enfreignent pas la loi, expliquent clairement et simplement aux utilisateurs comment le service fonctionne, et leur donnent la possibilité de choisir la façon dont leurs données sont utilisées.