En tant que filiale d'Alphabet, le holding à l'initiative de Google, Waymo prépare des voitures autonomes. Or il se fait à présent que d'autres investisseurs injectent aussi de l'argent dans l'entreprise. Il s'agit entre autres de Silver Lake, Canada Pension Plan Investment Board, Mubadala Investment Company, Magna, Andreessen Horowitz, Autonation et Alphabet même.

Conjointement, Waymo recueille ainsi 2,25 milliards de dollars. Selon son CEO John Krafcik, il est ici question d'investisseurs financiers et de partenaires stratégiques possédant des dizaines d'années d'expérience dans la commercialisation de nouvelles technologies.

L'année dernière, Waymo avait étendu son service de cartographie, effectué des tests sur des voitures autonomes dans de nouveaux endroits et expérimenté un service de taxi sans chauffeur. L'entreprise avait également conclu un partenariat avec Renault et Nissan, afin d'examiner comment utiliser des taxis autonomes pour le transport de passagers.

Mais l'entreprise envisage aussi des activités secondaires, comme la fourniture de capteurs au lidar produits sur mesure, ne convenant pas pour d'autres voitures sans conducteur, mais bien pour la robotique, l'agriculture et la sécurité.

En tant que filiale d'Alphabet, le holding à l'initiative de Google, Waymo prépare des voitures autonomes. Or il se fait à présent que d'autres investisseurs injectent aussi de l'argent dans l'entreprise. Il s'agit entre autres de Silver Lake, Canada Pension Plan Investment Board, Mubadala Investment Company, Magna, Andreessen Horowitz, Autonation et Alphabet même.Conjointement, Waymo recueille ainsi 2,25 milliards de dollars. Selon son CEO John Krafcik, il est ici question d'investisseurs financiers et de partenaires stratégiques possédant des dizaines d'années d'expérience dans la commercialisation de nouvelles technologies.L'année dernière, Waymo avait étendu son service de cartographie, effectué des tests sur des voitures autonomes dans de nouveaux endroits et expérimenté un service de taxi sans chauffeur. L'entreprise avait également conclu un partenariat avec Renault et Nissan, afin d'examiner comment utiliser des taxis autonomes pour le transport de passagers.Mais l'entreprise envisage aussi des activités secondaires, comme la fourniture de capteurs au lidar produits sur mesure, ne convenant pas pour d'autres voitures sans conducteur, mais bien pour la robotique, l'agriculture et la sécurité.