Le département américain du Trésor a indiqué qu'il ciblait "21 entités et 13 individus dans le cadre de sa répression contre les réseaux de contournement des sanctions (imposées au) Kremlin et des entreprises technologiques, qui jouent un rôle déterminant dans la machine de guerre de la Fédération de Russie".

L'entreprise Serniya Engineering fait ainsi partie des cibles de cette nouvelle salve de sanctions, accusée d'être au coeur du réseau mis en place pour contourner les sanctions imposées par les pays occidentaux. "Les actions d'aujourd'hui démontrent l'engagement du gouvernement américain à contrer le contournement des sanctions" occidentales contre la Russie, a précisé le Trésor.

Washington a également sanctionné l'entreprise Mikron, "le plus grand fabricant de puces de Russie" qui, souligne le Trésor, "exporte plus de 50% de la microélectronique russe". "L'armée russe dépend des technologies occidentales clés pour le fonctionnement de sa base industrielle de défense", précise le Trésor. Ainsi, l'OFAC (Bureau de contrôle des avoirs étrangers du département du Trésor) cible "les principales entreprises technologiques russes qui permettent la guerre illégale (du président russe Vladimir) Poutine contre l'Ukraine. Ces désignations entraveront davantage l'accès de la Russie à la technologie occidentale et au système financier international".

"Nous continuerons à cibler la machine de guerre de Poutine avec des sanctions sous tous les angles, jusqu'à ce que cette guerre insensée soit terminée", a déclaré la secrétaire au Trésor Janet Yellen, citée dans le communiqué. Le numéro deux du Trésor, Wally Adeyemo s'est rendu jeudi à Bruxelles, en Belgique, "pour poursuivre l'étroite coordination avec l'Union européenne sur les sanctions imposées à la Russie".

"Les délégations ont discuté des mesures à prendre pour uniformiser la mise en oeuvre et l'application des sanctions, élargir la coopération conjointe sur les sanctions et approfondir l'alliance transatlantique" sur le sujet, a précisé le département du Trésor dans un communiqué distinct.

Washington avait déjà ciblé, avec ses sanctions précédentes, l'industrie russe de défense, et le secrétaire adjoint au Trésor avait annoncé mardi que d'autres secteurs "essentiels à la capacité du Kremlin à faire fonctionner sa machine de guerre", seraient visés.

Le département américain du Trésor a indiqué qu'il ciblait "21 entités et 13 individus dans le cadre de sa répression contre les réseaux de contournement des sanctions (imposées au) Kremlin et des entreprises technologiques, qui jouent un rôle déterminant dans la machine de guerre de la Fédération de Russie".L'entreprise Serniya Engineering fait ainsi partie des cibles de cette nouvelle salve de sanctions, accusée d'être au coeur du réseau mis en place pour contourner les sanctions imposées par les pays occidentaux. "Les actions d'aujourd'hui démontrent l'engagement du gouvernement américain à contrer le contournement des sanctions" occidentales contre la Russie, a précisé le Trésor.Washington a également sanctionné l'entreprise Mikron, "le plus grand fabricant de puces de Russie" qui, souligne le Trésor, "exporte plus de 50% de la microélectronique russe". "L'armée russe dépend des technologies occidentales clés pour le fonctionnement de sa base industrielle de défense", précise le Trésor. Ainsi, l'OFAC (Bureau de contrôle des avoirs étrangers du département du Trésor) cible "les principales entreprises technologiques russes qui permettent la guerre illégale (du président russe Vladimir) Poutine contre l'Ukraine. Ces désignations entraveront davantage l'accès de la Russie à la technologie occidentale et au système financier international"."Nous continuerons à cibler la machine de guerre de Poutine avec des sanctions sous tous les angles, jusqu'à ce que cette guerre insensée soit terminée", a déclaré la secrétaire au Trésor Janet Yellen, citée dans le communiqué. Le numéro deux du Trésor, Wally Adeyemo s'est rendu jeudi à Bruxelles, en Belgique, "pour poursuivre l'étroite coordination avec l'Union européenne sur les sanctions imposées à la Russie"."Les délégations ont discuté des mesures à prendre pour uniformiser la mise en oeuvre et l'application des sanctions, élargir la coopération conjointe sur les sanctions et approfondir l'alliance transatlantique" sur le sujet, a précisé le département du Trésor dans un communiqué distinct.Washington avait déjà ciblé, avec ses sanctions précédentes, l'industrie russe de défense, et le secrétaire adjoint au Trésor avait annoncé mardi que d'autres secteurs "essentiels à la capacité du Kremlin à faire fonctionner sa machine de guerre", seraient visés.