Selon De Block, les patients pourront non seulement visionner leurs données médicales. "Nous leur permettrons aussi d'ajouter des éléments qui, d'après eux, doivent encore y figurer", a-t-elle déclaré. Le patient pourra en outre choisir lui-même si son dossier sera partagé avec d'autres prestataires de soins.

Depuis 2002 et conformément à la loi sur les droits des patients, tout un chacun a la possibilité de consulter son dossier médical. Jusqu'à présent, il fallait cependant se rendre chez son médecin traitant dans ce but, alors que bientôt, le patient pourra y accéder chez lui.

Combiner les applis de santé

De Block espère que la plate-forme stimulera les gens à se préoccuper de leur santé. "Le patient doit devenir un copilote dans le cockpit pour ce qui est des soins de santé", a-t-elle ajouté.

De plus, la ministre en charge de la santé publique envisage à l'avenir d'autres fonctions encore. C'est ainsi que dans un stade ultérieur, elle entend combiner des applis de sante au système 'Personal Health Viewer'. Voilà qui devrait permettre d'effectuer des manipulations à distance, comme par exemple la mesure du rythme cardiaque ou de la teneur en sucre dans le sang.