Lorsque le programme d'espionnage PRISM de la NSA défraya la chronique, Apple affirma que les iMessages étaient cryptés de manière telle qu'ils ne pouvaient être lus que par leurs expéditeurs et destinataires.

Des chercheurs de l'entreprise de sécurité française Quarkslab ont démenti ces propos lors de la conférence Hack in the Box organisée à Kuala Lumpur. Selon eux, des collaborateurs d'Apple peuvent aisément décrypter ces messages pour les lire ou les transférer à des services de renseignements tels la NSA.

Pour les étrangers, il est certes quasiment impossible de décrypter ces messages. Ils devraient pour ce faire avoir accès à l'appareil, y installer des certificats spéciaux et avoir recours à un serveur malveillant.

Apple n'a pas encore fait le moindre commentaire à propos des résultats de cette enquête française.