Après Liège, Wavre et Charleroi, c'est donc au tour de Anthisnes, Aywaille, Beauvechain, Berloz, Braives, Burdinne, Comblain-au-pont, Donceel, Engis, Esneux, Faimes, Geer, Héron, Incourt, Jalhay, Marchin, Modave, Nandrin, Sprimont, Stavelot, Verlaine et Villers-le-Bouillet d'accueillir le "GIGA" de VOO.

L'opérateur avait annoncé mi-février que cette offre Gigaboost sera disponible sur l'ensemble du territoire bruxellois et dans la moitié des foyers wallons d'ici la fin 2023. Namur ou Bruxelles devraient d'ailleurs être desservies d'ici la fin 2022, avait encore indiqué en juin dernier l'entreprise de télécommunication, filiale de Nethys.

Au total, ce sont quelque 300 millions d'euros qui seront investis sur une période de six ans dans le déploiement de cette offre. Et rien que sur la période 2021-2022, VOO va injecter environ 180 millions d'euros dans son réseau.

Après Liège, Wavre et Charleroi, c'est donc au tour de Anthisnes, Aywaille, Beauvechain, Berloz, Braives, Burdinne, Comblain-au-pont, Donceel, Engis, Esneux, Faimes, Geer, Héron, Incourt, Jalhay, Marchin, Modave, Nandrin, Sprimont, Stavelot, Verlaine et Villers-le-Bouillet d'accueillir le "GIGA" de VOO.L'opérateur avait annoncé mi-février que cette offre Gigaboost sera disponible sur l'ensemble du territoire bruxellois et dans la moitié des foyers wallons d'ici la fin 2023. Namur ou Bruxelles devraient d'ailleurs être desservies d'ici la fin 2022, avait encore indiqué en juin dernier l'entreprise de télécommunication, filiale de Nethys.Au total, ce sont quelque 300 millions d'euros qui seront investis sur une période de six ans dans le déploiement de cette offre. Et rien que sur la période 2021-2022, VOO va injecter environ 180 millions d'euros dans son réseau.