WirelessCar est une plate-forme qui dessert aujourd'hui quelque trois millions de voitures actives. Elle fournit entre autres des services de facturation, sécurité et freinage d'urgence à Jaguar, Land Rover, Daimler, Nissan et Volvo Cars notamment.

Volkswagen rachète 75,1 pour cent des actions pour un montant d'1,1 milliard de couronnes suédoises (106 millions d'euros) et dispose d'une option pour racheter à terme le quart restant et ce, même si l'entreprise elle-même déclare ne pas encore l'envisager.

Volvo AB va ainsi pouvoir se concentrer de nouveau pleinement sur les véhicules commerciaux. L'entreprise construit des camions, autobus, moteurs de bateau et machines de construction et ne doit pas être confondue avec Volvo Cars, le constructeur automobile qui s'est scindé en 1999 et qui appartient désormais à la firme chinoise Geely.

Volkswagen est très ambitieuse sur le plan numérique. D'ici 2023, l'entreprise entend en effet investir plus de onze milliards d'euros dans les véhicules électriques, la numérisation, les voitures autonomes et les services de mobilité. Elle prépare aussi une plate-forme 'cloud' conjointement avec Microsoft. Dans ce cadre, le rachat de WirelessCar répond aux ambitions du constructeur automobile allemand.