Ce mardi, l'appareil blanc en fibre de carbone a réalisé un vol d'une minute environ au-dessus du port de Marina Bay de la méga-métropole. A bord, on trouvait le pilote, mais pas encore de passager. L'entreprise allemande entend proposer des vols commerciaux à Singapour en 2021. Singapour serait dès lors le premier pays au monde autorisant l'utilisation régulière de taxis volants.

Le Volocopter 2X, comme on l'appelle, se présente comme un appareil tenant à la fois d'un petit hélicoptère et d'un grand drone. L'appareil est équipé de 18 rotors et est propulsé électriquement au moyen d'une batterie. "Les taxis volants ne sont pas prévus dans un futur lointain", déclare-t-on chez Volocopter. Provisoirement, l'appareil ne peut accueillir qu'un seul passager, mais à l'avenir, la firme prévoit qu'il pourra en transporter cinq ou six.

Chris Tampère, professeur en trafic et infrastructures à la faculté d'ingénierie de la KU Leuven, expliquait pourtant dans le dernier numéro de Data News pourquoi ce type de taxi volant n'est pas prêt d'entrer dans les moeurs. Selon Mark Vanlook, CEO de Droneport, il n'existe actuellement encore aucune base sociale pour ce genre d'appareil.