Le flot de données que les instances publiques, les entreprises et les citoyens produisent, quintuplera entre 2018 et 2025, selon la Commission. Les géants ICT américains se sont taillé une position de force dans la collecte, l'utilisation et la vente de données personnelles. La Commission européenne souhaite que l'Europe ne soit plus à la traîne et prépare 'une alternative européenne aux pratiques du puissant big tech américain'.

Partager les données l'esprit serein

Le partage des données offre d'énormes possibilités, selon la commissaire européenne Margrethe Vestager (en charge de la concurrence). En analysant de grandes quantités de données, des solutions intelligentes peuvent par exemple être dégagées, des modèles être découverts et des prévisions être faites. Cela pourrait aider notamment à migrer vers une économie durable et à mettre au point une médecine sur mesure.

Mais dans ce but, les entreprises et les citoyens doivent savoir qu'ils peuvent partager ces données l'esprit serein. Nombre d'entreprises craignent à présent encore qu'en partageant leurs données, des concurrents s'inspirent de leurs découvertes. La Commission veut par conséquent que des administrateurs de données neutres gèrent et échangent ces informations de manière désintéressée. De plus, il convient d'élaborer des règles en vue de sécuriser ces données.

Le flot de données que les instances publiques, les entreprises et les citoyens produisent, quintuplera entre 2018 et 2025, selon la Commission. Les géants ICT américains se sont taillé une position de force dans la collecte, l'utilisation et la vente de données personnelles. La Commission européenne souhaite que l'Europe ne soit plus à la traîne et prépare 'une alternative européenne aux pratiques du puissant big tech américain'.Le partage des données offre d'énormes possibilités, selon la commissaire européenne Margrethe Vestager (en charge de la concurrence). En analysant de grandes quantités de données, des solutions intelligentes peuvent par exemple être dégagées, des modèles être découverts et des prévisions être faites. Cela pourrait aider notamment à migrer vers une économie durable et à mettre au point une médecine sur mesure.Mais dans ce but, les entreprises et les citoyens doivent savoir qu'ils peuvent partager ces données l'esprit serein. Nombre d'entreprises craignent à présent encore qu'en partageant leurs données, des concurrents s'inspirent de leurs découvertes. La Commission veut par conséquent que des administrateurs de données neutres gèrent et échangent ces informations de manière désintéressée. De plus, il convient d'élaborer des règles en vue de sécuriser ces données.