La réorganisation, au cours de laquelle des licenciements forcés ne pourront être évités, coûtera à Versatel 6 millions d'euros, mais devrait lui permettre d'en économiser 8. Versatel appartient à 80 pour cent à l'entreprise suédoise Tele2.Cette mesure découlerait d'une carence financière de l'entreprise télécoms qui doit payer des montants élevés en droits de football aux Pays-Bas et pour la mise en place de son nouveau réseau ADSL2+. En un an, Versatel est passé de 260 millions d'euros en cash-flow (mars 2005) à 77 millions (mars 2006). Au premier trimestre de cette année, elle a assuyé une perte de 23 millions d'euros.

La réorganisation, au cours de laquelle des licenciements forcés ne pourront être évités, coûtera à Versatel 6 millions d'euros, mais devrait lui permettre d'en économiser 8. Versatel appartient à 80 pour cent à l'entreprise suédoise Tele2.Cette mesure découlerait d'une carence financière de l'entreprise télécoms qui doit payer des montants élevés en droits de football aux Pays-Bas et pour la mise en place de son nouveau réseau ADSL2+. En un an, Versatel est passé de 260 millions d'euros en cash-flow (mars 2005) à 77 millions (mars 2006). Au premier trimestre de cette année, elle a assuyé une perte de 23 millions d'euros.