S'il apparaît que Google a ainsi enfreint la loi, elle pourrait se voir infliger une amende.

Voilà ce que signale l'agence de presse Bloomberg. La semaine dernière, la VRT avait indiqué que des collaborateurs de Google et des employés d'entreprises auxquelles cette dernière avait recours, pouvaient écouter des conversations via Google Home ou Google Assistant sur les smartphones Android. Dans certains cas, il s'agit d'instructions données sciemment par des utilisateurs, mais dans d'autres cas, des entretiens sont également enregistrés de manière spontanée.

'Review & transcribe'

Dans un communique posté sur son blog, Google réagit à l'incident. L'entreprise reconnaît que des experts en langues revoient et transcrivent un petit ensemble d'instructions, afin 'd'avoir une meilleure compréhension liguistique'. Google évoque un élément critique du processus de développement de la technologie vocale, qui s'avère nécessaire pour pouvoir concevoir des produits comme Google Assistant.

Google prétend que l'un de ces 'reviewers' a enfreint les règles. "Nous venons de découvrir que l'un de ces experts linguistes n'a pas respecté notre politique en matière de protection des données en éventant des données audio confidentielles en néerlandais", indique Google dans son communiqué.

"Notre 'security & privacy response team' travaille sur ce problème, effectue une enquête et agira ensuite en conséquence. Nous sommes aussi en train de revoir entièrement nos garanties dans ce domaine, afin d'éviter tout abus dans le futur."

En collaboration avec Dutch IT-Channel