La criminalité représente encore et toujours la principale menace, mais elle régresse ces dernières années. Deux intrusions numériques sur cinq sont l'oeuvre du crime organisé, contre quatre sur cinq, il y a quatre ans encore. Le pourcentage enregistré l'année passée constitue quasiment un record minimal, puisqu'il n'y a qu'en 2012 qu'il avait été plus faible encore. Ce recul est dû à une meilleure sécurisation dans le monde financier, affirme Bryan Sartin, directeur de la sécurité chez Verizon.

Par contre, les cas d'espionnage augmentent eux toujours davantage. Quasiment trois attaques sur dix sont effectuées par des hackers, qui opèrent au profit d'un pays. C'est trois fois plus qu'il y a deux ans. Sartin ignore cependant si ce sont vraiment les actes d'espionnage qui progressent ou s'ils sont à présent mieux détectés.

Les humains sont le maillon le plus faible de la chaîne, selon Sartin, et il ne s'attend pas à ce que cela change dans les années à venir. La meilleure façon de pénétrer quelque part, c'est d'envoyer un lien contaminé et d'espérer que quelqu'un clique dessus. Les gens sont certes devenus plus circonspects, lorsqu'ils travaillent sur un ordinateur de bureau ou portable, mais ils commettent souvent des erreurs en utilisant un téléphone mobile avec toutes les conséquences que cela implique. Sartin: 'Nous nous déplaçons, tout en consultant nos mails, en réglant un taxi ou en sautant à bord d'un train. Il est nettement plus facile de tomber dans la nonchalance, lorsqu'on est distrait.''