Verizon avait racheté Yahoo pour 4,48 milliards de dollars à la mi-2017. Mi-2015, elle avait déjà fait de même avec AOL pour 4,4 milliards de dollars. Les deux entreprises sont regroupées depuis cette année sous l'appellation Oath.

Mais l'intégration de ce duo, le gain espéré de la synergie, ainsi que le chiffre d'affaires et le bénéfice des deux entreprises déçoivent. De plus, la concurrence et la pression sur le marché pèsent plus lourdement qu'escompté.

Dans un communiqué adressé au contrôleur boursier américain SEC, Verizon écrit qu'elle va par conséquent prévoir un amortissement de 4,6 milliards de dollars. Il s'agit d'un goodwill que l'entreprise avait versé en son temps. C'est en fait ce qu'une entreprise paie en plus que la valeur réelle des propriétés d'une firme, sur base de la notoriété de la marque par exemple.

Verizon est d'origine un opérateur télécom américain. Ces dernières années, l'entreprise se focalise davantage sur le contenu (pour médias).

Dans le même communiqué adressé au SEC, Verizon annonce que 10.400 employés quitteront la maison-mère. Par souci de clarté, il s'agit ici aussi d'employés américains de Verizon, et pas uniquement de Yahoo et d'AOL.

Il y a quelques mois, Verizon avait proposé une offre de départ volontaire à 44.000 collaborateurs. Une personne sur quatre l'a acceptée. L'entreprise s'attend à ce 1,8 à 2,2 milliards de dollars de coûts aillent de pair avec la phase de départs sur une base volontaire.