Les secrétariats américains à la Défense et au Trésor, qui avaient placé l'entreprise chinoise sur cette liste noire, "n'ont pas montré que les intérêts de sécurité nationale en jeu ici étaient impérieux", a estimé ce juge, dans une décision que l'AFP a pu consulter.

Xiaomi doit être retiré de cette liste, au moins de façon temporaire, et l'interdiction faite aux investisseurs américains d'acheter des actions Xiaomi est suspendue. Il est également interdit de la qualifier de "Compagnie militaire communiste chinoise". Dans son recours déposé en janvier pour contester et faire annuler son placement sur cette liste noire, le fabricant de téléphones, avait dénoncé une décision "incorrecte", et qui "privé la société d'une procédure régulière".

A six jours seulement de la fin du mandat de Donald Trump, l'administration américaine avait fait une série d'annonces visant le fabricant chinois de smartphones Xiaomi, mais également la populaire plateforme de vidéos TikTok et le géant pétrolier CNOOC. Xiaomi, qui a dépassé Apple en devenant en 2020 le troisième fabricant mondial de smartphones, est l'une des neuf entreprises chinoises à figurer sur cette liste noire. L'administration Trump l'a accusée de liens avec l'armée chinoise.

Cette mesure était l'ultime concrétisation de quatre ans de tensions diplomatiques entre Pékin et Washington sous la présidence de Donald Trump. La décision du juge intervient alors que le régulateur américain des télécoms (FCC), vendredi également, a classé cinq entreprises chinoises d'équipements de télécommunications, dont Huawei et ZTE, comme une menace pour la sécurité nationale. Cette annonce, dans la lignée des mesures prises par l'administration Trump, douche les espoirs du fondateur et patron de Huawei, Ren Zhengfei, qui avait appelé en février l'administration Biden à "une politique d'ouverture".

Le mastodonte des télécoms est depuis quelques années au centre de la rivalité sino-américaine, sur fond de guerre commerciale et technologique entre les deux premières puissances mondiales. Huawei s'était retrouvé dans le collimateur de l'administration Trump, qui l'avait accusée, sans toutefois apporter de preuves, d'espionnage.

Les secrétariats américains à la Défense et au Trésor, qui avaient placé l'entreprise chinoise sur cette liste noire, "n'ont pas montré que les intérêts de sécurité nationale en jeu ici étaient impérieux", a estimé ce juge, dans une décision que l'AFP a pu consulter.Xiaomi doit être retiré de cette liste, au moins de façon temporaire, et l'interdiction faite aux investisseurs américains d'acheter des actions Xiaomi est suspendue. Il est également interdit de la qualifier de "Compagnie militaire communiste chinoise". Dans son recours déposé en janvier pour contester et faire annuler son placement sur cette liste noire, le fabricant de téléphones, avait dénoncé une décision "incorrecte", et qui "privé la société d'une procédure régulière".A six jours seulement de la fin du mandat de Donald Trump, l'administration américaine avait fait une série d'annonces visant le fabricant chinois de smartphones Xiaomi, mais également la populaire plateforme de vidéos TikTok et le géant pétrolier CNOOC. Xiaomi, qui a dépassé Apple en devenant en 2020 le troisième fabricant mondial de smartphones, est l'une des neuf entreprises chinoises à figurer sur cette liste noire. L'administration Trump l'a accusée de liens avec l'armée chinoise.Cette mesure était l'ultime concrétisation de quatre ans de tensions diplomatiques entre Pékin et Washington sous la présidence de Donald Trump. La décision du juge intervient alors que le régulateur américain des télécoms (FCC), vendredi également, a classé cinq entreprises chinoises d'équipements de télécommunications, dont Huawei et ZTE, comme une menace pour la sécurité nationale. Cette annonce, dans la lignée des mesures prises par l'administration Trump, douche les espoirs du fondateur et patron de Huawei, Ren Zhengfei, qui avait appelé en février l'administration Biden à "une politique d'ouverture".Le mastodonte des télécoms est depuis quelques années au centre de la rivalité sino-américaine, sur fond de guerre commerciale et technologique entre les deux premières puissances mondiales. Huawei s'était retrouvé dans le collimateur de l'administration Trump, qui l'avait accusée, sans toutefois apporter de preuves, d'espionnage.