"Il s'agit notamment d'utilisateurs de fauteuil roulant atteints de paralysie cérébrale. Leur capacité de mouvement est limitée et ils sont en quelque sorte prisonniers de leur propre corps", explique Elegast Monbaliu, professeure au département des Sciences de la revalidation (KU Leuven). "Leurs capacités intellectuelles sont encore intactes, mais de graves problèmes de motricité limitent leurs options, ce qui ne leur permet pas d'utiliser un fauteuil traditionnel."

Autonomie totale

Baptisé CoMoveIT Smart, le système d'exploitation du fauteuil fonctionne sur la base d'un mécanisme de commande au pied et à la tête associé à des capteurs. Ceux-ci détectent la pression exercée par la tête et les pieds, ce qui permet à la personne d'accélérer ou de freiner. Les déplacements vers la gauche et vers la droite se font à l'aide de capteurs au pied. S'il faut certes encore une certaine assistance pour asseoir la personne dans son fauteuil roulant, celle-ci peut ensuite commander son fauteuil de manière totalement autonome.

Par ailleurs, le CoMoveIT Smart fait appel à l'IA pour reconnaître et compenser les mouvements involontaires de l'utilisateur. "Ce faisant, les personnes peuvent se déplacer de manière plus fluide et plus progressive, et non plus par à-coups comme c'était le cas auparavant", ajoute Monbaliu. "Grâce à ce fauteuil roulant intelligent, ces utilisateurs peuvent donc voir leur autonomie, leur participation et leur qualité de vie s'améliorer."

Pour la commercialisation, CoMoveIT collaborera avec des conseillers spécialisés en fauteuils roulants.

"Il s'agit notamment d'utilisateurs de fauteuil roulant atteints de paralysie cérébrale. Leur capacité de mouvement est limitée et ils sont en quelque sorte prisonniers de leur propre corps", explique Elegast Monbaliu, professeure au département des Sciences de la revalidation (KU Leuven). "Leurs capacités intellectuelles sont encore intactes, mais de graves problèmes de motricité limitent leurs options, ce qui ne leur permet pas d'utiliser un fauteuil traditionnel."Baptisé CoMoveIT Smart, le système d'exploitation du fauteuil fonctionne sur la base d'un mécanisme de commande au pied et à la tête associé à des capteurs. Ceux-ci détectent la pression exercée par la tête et les pieds, ce qui permet à la personne d'accélérer ou de freiner. Les déplacements vers la gauche et vers la droite se font à l'aide de capteurs au pied. S'il faut certes encore une certaine assistance pour asseoir la personne dans son fauteuil roulant, celle-ci peut ensuite commander son fauteuil de manière totalement autonome.Par ailleurs, le CoMoveIT Smart fait appel à l'IA pour reconnaître et compenser les mouvements involontaires de l'utilisateur. "Ce faisant, les personnes peuvent se déplacer de manière plus fluide et plus progressive, et non plus par à-coups comme c'était le cas auparavant", ajoute Monbaliu. "Grâce à ce fauteuil roulant intelligent, ces utilisateurs peuvent donc voir leur autonomie, leur participation et leur qualité de vie s'améliorer."Pour la commercialisation, CoMoveIT collaborera avec des conseillers spécialisés en fauteuils roulants.