Une restructuration a été annoncée chez le fabricant de GSM Euro-Twice à Hasselt. C'est ce que dit une source syndicale.

On ne connaît pas le nombre exact de jobs qui seront supprimés, mais les syndicats pensent à un licenciement collectif, donc au moins dix pour cent des quelques 80 membres du personnel.

La cause de cette suppression d'emplois est le fait que Nokia, le principal client de l'entreprise, a décidé de délocaliser au cours de l'année prochaine ses activités de réparation de GSM en Europe de l'Est.

Les syndicats soulignent que la majorité des travailleurs d'Euro-Twice est constituée de femmes peu qualifiées, dont un tiers exerce de surcroît un job à temps partiel. Il s'agit donc d'une catégorie vulnérable pour laquelle il n'est pas évident de trouver un nouvel emploi. Les négociations avec la direction devraient commencer à la mi-janvier.

Source : Belga

Une restructuration a été annoncée chez le fabricant de GSM Euro-Twice à Hasselt. C'est ce que dit une source syndicale. On ne connaît pas le nombre exact de jobs qui seront supprimés, mais les syndicats pensent à un licenciement collectif, donc au moins dix pour cent des quelques 80 membres du personnel. La cause de cette suppression d'emplois est le fait que Nokia, le principal client de l'entreprise, a décidé de délocaliser au cours de l'année prochaine ses activités de réparation de GSM en Europe de l'Est. Les syndicats soulignent que la majorité des travailleurs d'Euro-Twice est constituée de femmes peu qualifiées, dont un tiers exerce de surcroît un job à temps partiel. Il s'agit donc d'une catégorie vulnérable pour laquelle il n'est pas évident de trouver un nouvel emploi. Les négociations avec la direction devraient commencer à la mi-janvier. Source : Belga