Il est question ici de la puce T2 qui a aussi en charge la reconnaissance de l'empreinte digitale ou le stockage des clés cryptographiques. Elle empêche en outre que votre micro soit exploité par des pirates.

Mais Apple utilise également la T2 pour défendre ses intérêts. Ces dernières semaines, des spéculations ont vu le jour à propos du fait que la puce contrôlerait les composants matériels des appareils. Lorsque ces derniers sont modifiés sans l'intervention d'un logiciel de diagnostic d'Apple, la puce est capable de les empêcher de démarrer.

Cela signifie qu'un MacBook ne peut être dépanné que par Apple ou par un réparateur agréé. D'un côté, cela donne à Apple davantage de certitude sur la qualité du processus de réparation, mais cela fait par ailleurs aussi en sorte que d'autres réparateurs d'ordinateurs ou des composants alternatifs souvent plus économiques soient exclus.

Le fait est cependant que n'importe quelle modification n'engendre pas un blocage de l'appareil. iFixit, qui se focalise sur les possibilités de réparation dans le domaine électronique, a examiné la question le mois passé et a observé qu'il était possible de remplacer l'écran et la carte logique notamment. L'écran n'est en effet pas contrôlé par la puce T2. Et pour la carte logique, The Verge suppose que son remplacement a été possible, parce qu'iFixit a utilisé pour ce faire des composants qui avaient déjà été validés par Apple.

On ne sait pas clairement ce que la puce contrôle exactement. Apple confirme en tout cas à The Verge que la puce surveille notamment la carte logique et le capteur de Touch ID du MacBook Pro. Pour l'iMac Pro, il s'agit entre autres du stockage flash et de la carte logique. Le Mac Mini et le MacBook Air intègrent aussi cette puce et ne peuvent donc en principe être uniquement dépannés que par des réparateurs agréés et/ou avec des composants certifiés.