L'Iran est lourdement impacté par le coronavirus. Selon des chiffres officiels, le pays compte plus de 50.000 cas d'infection et plus de 3.000 morts. L'OMS est, elle, impliquée dans la lutte contre la pandémie mondiale.

L'actuelle tentative d'attaque aurait débuté le 2 mars déjà. Des collaborateurs de l'OMS ont reçu des mails d'hameçonnage (phishing) provenant soi-disant de Google. Les hackers avaient ainsi comme but de soutirer des noms d'utilisateur et des mots de passe. Les sites web mal intentionnés utilisés par les pirates étaient précédemment exploités par l'Iran pour lancer des cyber-attaques contre des réfugiés iraniens.

L'OMS confirme que des mails d'hameçonnage ont été envoyés aux adresses mail personnelles de collaborateurs, mais ajoute ne pas en connaître la provenance. 'A ce qu'on sache, aucune tentative de piratage n'a été couronnée de succès', annonce un porte-parole. L'Iran dément de son côté toute implication et parle de 'mensonges dans le but d'accroître la pression sur le pays'.

L'Iran est lourdement impacté par le coronavirus. Selon des chiffres officiels, le pays compte plus de 50.000 cas d'infection et plus de 3.000 morts. L'OMS est, elle, impliquée dans la lutte contre la pandémie mondiale.L'actuelle tentative d'attaque aurait débuté le 2 mars déjà. Des collaborateurs de l'OMS ont reçu des mails d'hameçonnage (phishing) provenant soi-disant de Google. Les hackers avaient ainsi comme but de soutirer des noms d'utilisateur et des mots de passe. Les sites web mal intentionnés utilisés par les pirates étaient précédemment exploités par l'Iran pour lancer des cyber-attaques contre des réfugiés iraniens.L'OMS confirme que des mails d'hameçonnage ont été envoyés aux adresses mail personnelles de collaborateurs, mais ajoute ne pas en connaître la provenance. 'A ce qu'on sache, aucune tentative de piratage n'a été couronnée de succès', annonce un porte-parole. L'Iran dément de son côté toute implication et parle de 'mensonges dans le but d'accroître la pression sur le pays'.