L'avocat de l'institution déclare qu'il s'agit là de l'un des plus importants cas de traitement illégal de données personnelles de l'histoire d'internet. Selon lui, quasiment tous les internautes sont touchés par les pratiques d'Oracle et de Salesforce. Sur base du nombre de personnes dupées se ralliant à la plainte, le montant total de la revendication pourrait dépasser les 10 milliards d'euros.

Publicités personnalisées

'Ces firmes collectent à grande échelle les données des visiteurs de sites web et les combinent à d'autres informations. Elles créent ainsi un profil personnel de chaque internaute', écrit The Privacy Collective. Selon la fondation, ce profil serait ensuite partagé avec d'autres entreprises et utilisé pour proposer des publicités personnalisées. Pour collecter et partager ces données personnelles, les géants technologiques sont cependant tenus de demander l'autorisation conformément à l'Algemene Verordening Gegevensbescherming (AVG) néerlandaise (ordonnance générale sur la protection des données).

Selon l'institution, c'est la première fois qu'une telle plainte de groupe en matière de non-respect de la vie privée des citoyens est introduite aux Pays-Bas. Le journal Het Financieele Dagblad, qui avait précédemment déjà évoqué cette plainte, qualifie celle-ci d'étonnante, étant donné que les violations du respect de la vie privée étaient jusqu'à présent du ressort des contrôleurs européens.

L'avocat de l'institution déclare qu'il s'agit là de l'un des plus importants cas de traitement illégal de données personnelles de l'histoire d'internet. Selon lui, quasiment tous les internautes sont touchés par les pratiques d'Oracle et de Salesforce. Sur base du nombre de personnes dupées se ralliant à la plainte, le montant total de la revendication pourrait dépasser les 10 milliards d'euros.'Ces firmes collectent à grande échelle les données des visiteurs de sites web et les combinent à d'autres informations. Elles créent ainsi un profil personnel de chaque internaute', écrit The Privacy Collective. Selon la fondation, ce profil serait ensuite partagé avec d'autres entreprises et utilisé pour proposer des publicités personnalisées. Pour collecter et partager ces données personnelles, les géants technologiques sont cependant tenus de demander l'autorisation conformément à l'Algemene Verordening Gegevensbescherming (AVG) néerlandaise (ordonnance générale sur la protection des données).Selon l'institution, c'est la première fois qu'une telle plainte de groupe en matière de non-respect de la vie privée des citoyens est introduite aux Pays-Bas. Le journal Het Financieele Dagblad, qui avait précédemment déjà évoqué cette plainte, qualifie celle-ci d'étonnante, étant donné que les violations du respect de la vie privée étaient jusqu'à présent du ressort des contrôleurs européens.