Le site technologique britannique The Register a mis la main sur un document interne de HPE, où l'entreprise évoque des 'restrictions chez les fournisseurs' pour les composants Intel Cascade Lake. Or s'il s'agit là de l'architecture de puce la plus récente de l'entreprise datant de 2019. Comme ces livraisons limitées pourraient durer toute l'année 2020, l'entreprise conseille à son personnel d'orienter les clients vers les puces Skylake plus anciennes datant de 2017. La nouvelle génération risque en effet de se faire longtemps attendre.

HPE confirme les problèmes à The Register, plus spécialement ceux concernant les processeurs Xeon sur Cascade Lake. Il s'agit là de puces utilisées dans les serveurs. Selon l'entreprise, le fournisseur Intel plancherait activement sur une solution au problème. Mais d'après certaines sources du site, il y aurait le même genre de difficulté chez les auteurs acteurs en vue, tels Dell et Lenovo.

Le fait qu'Intel ne puisse pas produire suffisamment de puces, est étonnant dans la mesure où le marché des serveurs est en recul. Il y a pourtant deux explications possibles. The Register indique qu'Intel a été débordée l'année dernière au niveau du développement de ses puces à 10 nanomètres, ce qui aurait eu un impact possible sur la production des modèles à 14 nanomètres plus anciens, en pénurie aujourd'hui.

Mais ce qui joue un rôle encore plus grand, c'est le fait que les acteurs 'cloud' en vue comme Google, Amazon, Microsoft, Facebook et d'autres effectuent d'importants stocks. Ils étoffent en permanence leurs parcs de serveurs et sont par conséquent les principaux clients d'Intel. Il en résulte que les acteurs plus modestes, même s'il s'agit d'importants fabricants de PC et de serveurs, sont quelque peu laissés pour compte et doivent attendre plus longtemps leurs composants.

Le site technologique britannique The Register a mis la main sur un document interne de HPE, où l'entreprise évoque des 'restrictions chez les fournisseurs' pour les composants Intel Cascade Lake. Or s'il s'agit là de l'architecture de puce la plus récente de l'entreprise datant de 2019. Comme ces livraisons limitées pourraient durer toute l'année 2020, l'entreprise conseille à son personnel d'orienter les clients vers les puces Skylake plus anciennes datant de 2017. La nouvelle génération risque en effet de se faire longtemps attendre.HPE confirme les problèmes à The Register, plus spécialement ceux concernant les processeurs Xeon sur Cascade Lake. Il s'agit là de puces utilisées dans les serveurs. Selon l'entreprise, le fournisseur Intel plancherait activement sur une solution au problème. Mais d'après certaines sources du site, il y aurait le même genre de difficulté chez les auteurs acteurs en vue, tels Dell et Lenovo.Le fait qu'Intel ne puisse pas produire suffisamment de puces, est étonnant dans la mesure où le marché des serveurs est en recul. Il y a pourtant deux explications possibles. The Register indique qu'Intel a été débordée l'année dernière au niveau du développement de ses puces à 10 nanomètres, ce qui aurait eu un impact possible sur la production des modèles à 14 nanomètres plus anciens, en pénurie aujourd'hui.Mais ce qui joue un rôle encore plus grand, c'est le fait que les acteurs 'cloud' en vue comme Google, Amazon, Microsoft, Facebook et d'autres effectuent d'importants stocks. Ils étoffent en permanence leurs parcs de serveurs et sont par conséquent les principaux clients d'Intel. Il en résulte que les acteurs plus modestes, même s'il s'agit d'importants fabricants de PC et de serveurs, sont quelque peu laissés pour compte et doivent attendre plus longtemps leurs composants.