Depuis sa fondation en 2014, la firme SpinLaunch prépare un 'accélérateur centrifuge', afin de sortir de l'atmosphère terrestre des engins spatiaux sans avoir recours à des fusées porteuses. Voilà qui réduirait sensiblement le coût des lancements. Avec cet ambitieux mécanisme de lancement, comparable à une énorme catapulte, des projectiles pourraient être propulsés dans l'espace à 'des milliers de kilomètres à l'heure'.

Jusqu'à présent, l'entreprise n'a encore procédé à aucune démonstration de sa technologie, mais dans un communiqué de presse relatif à sa toute récente phase d'investissement, son fondateur et CEO Jonathan Yaney a déclaré que cela allait rapidement changer: "Plus tard cette année, nous allons modifier l'histoire des lancements spatiaux avec un premier vol d'essai". Si tout se passe comme prévu, le premier vol commercial est planifié pour 2022, selon TechCrunch.

Il n'y a guère de détails disponibles sur le mécanisme de lancement, mais des photos circulent sur internet, qui montrent une installation en forme de spirale. Tout semble indiquer qu'un projectile y sera profondément installé en vue d'être projeté à très grande vitesse.

Avec son capital de 80 millions de dollars (quasiment 72 millions d'euros), SpinLaunch entend d'une part terminer son installation d'essai au Spaceport America de New Mexico. Une autre partie de cette somme est destinée au nouveau siège de l'entreprise et au département recherche & développement situés à Long Beach. Parmi les investisseurs dans le projet, on recense notamment Airbus Ventures, GV et KPCB.

Depuis sa fondation en 2014, la firme SpinLaunch prépare un 'accélérateur centrifuge', afin de sortir de l'atmosphère terrestre des engins spatiaux sans avoir recours à des fusées porteuses. Voilà qui réduirait sensiblement le coût des lancements. Avec cet ambitieux mécanisme de lancement, comparable à une énorme catapulte, des projectiles pourraient être propulsés dans l'espace à 'des milliers de kilomètres à l'heure'.Jusqu'à présent, l'entreprise n'a encore procédé à aucune démonstration de sa technologie, mais dans un communiqué de presse relatif à sa toute récente phase d'investissement, son fondateur et CEO Jonathan Yaney a déclaré que cela allait rapidement changer: "Plus tard cette année, nous allons modifier l'histoire des lancements spatiaux avec un premier vol d'essai". Si tout se passe comme prévu, le premier vol commercial est planifié pour 2022, selon TechCrunch.Il n'y a guère de détails disponibles sur le mécanisme de lancement, mais des photos circulent sur internet, qui montrent une installation en forme de spirale. Tout semble indiquer qu'un projectile y sera profondément installé en vue d'être projeté à très grande vitesse.Avec son capital de 80 millions de dollars (quasiment 72 millions d'euros), SpinLaunch entend d'une part terminer son installation d'essai au Spaceport America de New Mexico. Une autre partie de cette somme est destinée au nouveau siège de l'entreprise et au département recherche & développement situés à Long Beach. Parmi les investisseurs dans le projet, on recense notamment Airbus Ventures, GV et KPCB.