L'entreprise elle-même déclare que ses activités tombent sous le coup de la liberté d'expression.

Clearview AI est l'une des firmes de reconnaissance faciale parmi les plus controversées. Elle a collecté trois milliards de photos de personnes sur internet, notamment en rapatriant des images d'Instagram, de YouTube et de LinkedIn. Elle y développe des algorithmes, qui permettent de dénicher par exemple des profils complets de quelqu'un qui passe dans le champ d'une caméra de surveillance. L'entreprise indique que sa technologie n'est destinée qu'aux services de police et aux autorités, mais d'une base de données de clients ayant pris la clé des champs, il est apparu plus tôt cette année que quelques chaînes de supermarchés et des banques ont aussi testé le logiciel.

L'ACLU, l'American Civil Liberties Union, traîne l'entreprise en Justice dans l'état américain de l'Illinois, le seul à disposer d'une loi sur la confidentialité des données biométriques.

L'entreprise elle-même déclare que ses activités tombent sous le coup de la liberté d'expression.Clearview AI est l'une des firmes de reconnaissance faciale parmi les plus controversées. Elle a collecté trois milliards de photos de personnes sur internet, notamment en rapatriant des images d'Instagram, de YouTube et de LinkedIn. Elle y développe des algorithmes, qui permettent de dénicher par exemple des profils complets de quelqu'un qui passe dans le champ d'une caméra de surveillance. L'entreprise indique que sa technologie n'est destinée qu'aux services de police et aux autorités, mais d'une base de données de clients ayant pris la clé des champs, il est apparu plus tôt cette année que quelques chaînes de supermarchés et des banques ont aussi testé le logiciel.L'ACLU, l'American Civil Liberties Union, traîne l'entreprise en Justice dans l'état américain de l'Illinois, le seul à disposer d'une loi sur la confidentialité des données biométriques.