En Belgique, la 5G subit du retard par rapport à la plupart des autres pays de l'UE, où le déploiement est en cours depuis 2018 déjà. Les enchères tant attendues du futur spectre radio 5G débuteront normalement la mois prochain chez nous. L'IBPT a fait réaliser par Capgemini Invent une étude offrant un aperçu des initiatives 5G réussies à l'étranger. Elle est source d'inspiration pour le marché belge, mais aussi pour le programme du gouvernement fédéral, où 24 millions d'euros sont prévus pour des projets-pilotes 5G.

Use cases intéressants

Malgré le retard sur le plan de la 5G, la Belgique possède, selon l'étude, souvent une certaine avance sur les pays européens proches étant donné la proportion d'entreprises actives en AI, IoT et big data. 'Ces technologies profiteront à coup sûr d'une infrastructure 5G performante et pourront générer d'intéressants use cases', affirme l'IBPT. Les cas pratiques ont été en outre sélectionnés sur la base de six critères: l'impact sur la sensibilisation de la 5G, des gains de performances obtenus, la durabilité, la nature innovatrice, la mise en oeuvre de l'AI et de l'edge computing II, ainsi que la maturité et l'évolutivité.

113 use cases ont été en fin de compte passés en revue, qui ont satisfait aux conditions posées. Avec 88 pour cent, il est question de la majorité des cas pratiques orientés B2B. 'Cela représente une sacrée différence par rapport à la technologie 4G ciblant davantage le segment à la consommation du marché', explique l'IBPT.

Adoption réussie

La liste consiste en quasiment un quart des cas liés aux secteurs du transport et de la logistique (24 pour cent). Si on y ajoute la production (22 pour cent) et les systèmes 'smart city' (13 pour cent), ces use cases constituent avec 67 projets plus de la moitié de la sélection. Ces cas pratiques semblent dès lors représenter le principal potentiel, lorsqu'il est question d'une adoption fructueuse de la 5G en Belgique.

De plus, des projets au sein des secteurs de l'énergie et des activités d'intérêt publique (12 pour cent), des soins de santé et des biosciences (10 pour cent), de la défense et de la sécurité publique (8 pour cent), de la culture (5 pour cent) et de l'administration publique (5 pour cent) offrent aussi un certain potentiel.

Parmi les 'applications 5G réussies' abordées dans l'étude, on trouve entre autres des projets de Lufthansa Technik (contrôle de machines à distance), de Foxconn (self-maintenance et production), d'Huaheng (entrepôt intelligent), de Porsche, de Schneider, d'Ericsson, de DHL,...

Selon l'IBPT, les use cases démontrent que l'utilisation de la 5G est liée à diverses solutions numériques, où plusieurs technologies sont impliquées, comme l'automatisation, les drones, les caméras et les capteurs connectés. Les technologies dominantes sont l'internet des objets, l'intelligence artificielle et l'edge computing.

En Belgique, la 5G subit du retard par rapport à la plupart des autres pays de l'UE, où le déploiement est en cours depuis 2018 déjà. Les enchères tant attendues du futur spectre radio 5G débuteront normalement la mois prochain chez nous. L'IBPT a fait réaliser par Capgemini Invent une étude offrant un aperçu des initiatives 5G réussies à l'étranger. Elle est source d'inspiration pour le marché belge, mais aussi pour le programme du gouvernement fédéral, où 24 millions d'euros sont prévus pour des projets-pilotes 5G. Malgré le retard sur le plan de la 5G, la Belgique possède, selon l'étude, souvent une certaine avance sur les pays européens proches étant donné la proportion d'entreprises actives en AI, IoT et big data. 'Ces technologies profiteront à coup sûr d'une infrastructure 5G performante et pourront générer d'intéressants use cases', affirme l'IBPT. Les cas pratiques ont été en outre sélectionnés sur la base de six critères: l'impact sur la sensibilisation de la 5G, des gains de performances obtenus, la durabilité, la nature innovatrice, la mise en oeuvre de l'AI et de l'edge computing II, ainsi que la maturité et l'évolutivité.113 use cases ont été en fin de compte passés en revue, qui ont satisfait aux conditions posées. Avec 88 pour cent, il est question de la majorité des cas pratiques orientés B2B. 'Cela représente une sacrée différence par rapport à la technologie 4G ciblant davantage le segment à la consommation du marché', explique l'IBPT. La liste consiste en quasiment un quart des cas liés aux secteurs du transport et de la logistique (24 pour cent). Si on y ajoute la production (22 pour cent) et les systèmes 'smart city' (13 pour cent), ces use cases constituent avec 67 projets plus de la moitié de la sélection. Ces cas pratiques semblent dès lors représenter le principal potentiel, lorsqu'il est question d'une adoption fructueuse de la 5G en Belgique.De plus, des projets au sein des secteurs de l'énergie et des activités d'intérêt publique (12 pour cent), des soins de santé et des biosciences (10 pour cent), de la défense et de la sécurité publique (8 pour cent), de la culture (5 pour cent) et de l'administration publique (5 pour cent) offrent aussi un certain potentiel.Parmi les 'applications 5G réussies' abordées dans l'étude, on trouve entre autres des projets de Lufthansa Technik (contrôle de machines à distance), de Foxconn (self-maintenance et production), d'Huaheng (entrepôt intelligent), de Porsche, de Schneider, d'Ericsson, de DHL,...Selon l'IBPT, les use cases démontrent que l'utilisation de la 5G est liée à diverses solutions numériques, où plusieurs technologies sont impliquées, comme l'automatisation, les drones, les caméras et les capteurs connectés. Les technologies dominantes sont l'internet des objets, l'intelligence artificielle et l'edge computing.