Un problème peut parfois survenir sournoisement! L'énergie est précieuse, on le sait, mais il arrive parfois qu'il y ait des fuites. Et si c'est sous la forme de CO2, cela s'avère nocif aussi pour notre bonne vieille Terre. En détectant à temps ces fuites dans de grandes installations industrielles et dans de vastes bâtiments, l'entreprise gantoise Enprove entend remédier à cela. 'Nous contrôlons une installation ou un bâtiment avec des capteurs et comparons ensuite ces données avec un modèle de consommation énergétique idéal que nous avons mis au point. De cette manière, on peut voir s'il y a une perte pour pouvoir ensuite intervenir si tel est bien le cas', déclare la fondatrice An Beazar. Dès son plus jeune âge, elle voulait militer en faveur de l'environnement et à présent qu'elle est ingénieure, elle compte bien y apporter vraiment sa pierre.

Pour atteindre son but, Enprove a recours à une combinaison de matériel et de logiciel. 'Le matériel va de pair avec un coût d'installation', précise Beazar. 'Le logiciel connexe, nous le vendons selon un modèle SaaS moyennant un forfait mensuel. En retour, le client a accès à un tableau de bord affichant l'état de ses installations. En cas de fuite, il est prévenu par une alarme. C'est cette combinaison du matériel et de l'analyse des données sur ce modèle prévisionniste qui nous rend unique", explique Beazar.

Enprove est active depuis 2010 déjà. Dans un premier temps principalement en tant qu'entreprise de consultance. Beazar accompagnait les sociétés souhaitant rendre leurs installations plus économes en énergie. Le logiciel prévisionniste et le matériel correspondant ont été lancés sur le marché en 2014 et sont aujourd'hui utilisés par de grandes firmes telles Agfa Gevaert, Ecover et Passendale Kazen. 'Nous recherchons à présent des partenariats avec d'autres entreprises comme des installateurs, bureaux d'ingénierie, fabricants de machines et 'energy service companies' en vue d'étendre encore notre clientèle', ajoute Beazar. 'Dans un premier temps, nous ciblons surtout de grandes sociétés industrielles et tentons de les convaincre sur base de références de nos clients existants, même s'il faut encore et toujours y ajouter du démarchage téléphonique.'

Beazar a développé le logiciel grâce à 1,2 million d'euros recueillis via ses travaux de consultance et quelques subsides. C'est ainsi qu'Enprove a obtenu par deux fois une bourse de VLAIO en matière d'innovation et de recherche, pour un total de 150.000 euros. Aujourd'hui, l'entreprise est en quête d'un demi-million d'euros pour poursuivre sa croissance. 'Nous envisageons surtout de l'argent intelligent, indique Beazr 'Notre préférence va à une association avec quelqu'un qui connaît l'industrie ou le secteur énergétique.'

Enpower

Siège social: Gand

Nombre d'associés: 1

A la recherche de capital supplémentaire?: Oui, un demi-million d'euro de capital intelligent

Site web: www.enprove.be

Un problème peut parfois survenir sournoisement! L'énergie est précieuse, on le sait, mais il arrive parfois qu'il y ait des fuites. Et si c'est sous la forme de CO2, cela s'avère nocif aussi pour notre bonne vieille Terre. En détectant à temps ces fuites dans de grandes installations industrielles et dans de vastes bâtiments, l'entreprise gantoise Enprove entend remédier à cela. 'Nous contrôlons une installation ou un bâtiment avec des capteurs et comparons ensuite ces données avec un modèle de consommation énergétique idéal que nous avons mis au point. De cette manière, on peut voir s'il y a une perte pour pouvoir ensuite intervenir si tel est bien le cas', déclare la fondatrice An Beazar. Dès son plus jeune âge, elle voulait militer en faveur de l'environnement et à présent qu'elle est ingénieure, elle compte bien y apporter vraiment sa pierre.Pour atteindre son but, Enprove a recours à une combinaison de matériel et de logiciel. 'Le matériel va de pair avec un coût d'installation', précise Beazar. 'Le logiciel connexe, nous le vendons selon un modèle SaaS moyennant un forfait mensuel. En retour, le client a accès à un tableau de bord affichant l'état de ses installations. En cas de fuite, il est prévenu par une alarme. C'est cette combinaison du matériel et de l'analyse des données sur ce modèle prévisionniste qui nous rend unique", explique Beazar.Enprove est active depuis 2010 déjà. Dans un premier temps principalement en tant qu'entreprise de consultance. Beazar accompagnait les sociétés souhaitant rendre leurs installations plus économes en énergie. Le logiciel prévisionniste et le matériel correspondant ont été lancés sur le marché en 2014 et sont aujourd'hui utilisés par de grandes firmes telles Agfa Gevaert, Ecover et Passendale Kazen. 'Nous recherchons à présent des partenariats avec d'autres entreprises comme des installateurs, bureaux d'ingénierie, fabricants de machines et 'energy service companies' en vue d'étendre encore notre clientèle', ajoute Beazar. 'Dans un premier temps, nous ciblons surtout de grandes sociétés industrielles et tentons de les convaincre sur base de références de nos clients existants, même s'il faut encore et toujours y ajouter du démarchage téléphonique.'Beazar a développé le logiciel grâce à 1,2 million d'euros recueillis via ses travaux de consultance et quelques subsides. C'est ainsi qu'Enprove a obtenu par deux fois une bourse de VLAIO en matière d'innovation et de recherche, pour un total de 150.000 euros. Aujourd'hui, l'entreprise est en quête d'un demi-million d'euros pour poursuivre sa croissance. 'Nous envisageons surtout de l'argent intelligent, indique Beazr 'Notre préférence va à une association avec quelqu'un qui connaît l'industrie ou le secteur énergétique.'