Le géant internet Google aurait dissimulé à une grande échelle des revenus au service des impôts français. Le ministère français des Finances avait précédemment déjà affirmé que Google était à coup sûr encore redevable en France de quelque 1,6 milliard d'euros d'impôts.

La méfiance des autorités vis-à-vis des grandes entreprises internet actives au niveau mondial ne fait que croître. Des contrôleurs français vont à présent examiner à la loupe la position dominante que des géants technologiques tels Google, Facebook et Twitter occupent sur le marché publicitaire en ligne. La France suit ainsi l'exemple de l'Allemagne, où les autorités en charge de la concurrence avaient précédemment déjà ouvert une enquête sur le stockage des données privées.

Le géant internet Google aurait dissimulé à une grande échelle des revenus au service des impôts français. Le ministère français des Finances avait précédemment déjà affirmé que Google était à coup sûr encore redevable en France de quelque 1,6 milliard d'euros d'impôts.La méfiance des autorités vis-à-vis des grandes entreprises internet actives au niveau mondial ne fait que croître. Des contrôleurs français vont à présent examiner à la loupe la position dominante que des géants technologiques tels Google, Facebook et Twitter occupent sur le marché publicitaire en ligne. La France suit ainsi l'exemple de l'Allemagne, où les autorités en charge de la concurrence avaient précédemment déjà ouvert une enquête sur le stockage des données privées.