Il y a peu, en Californie, une dame appelée Cecilia Abadie a reçu un PV pour avoir porté des lunettes Google Glass au volant. Selon la police, cela s'assimilait au visionnement d'un film ou d'un écran d'ordinateur tout en conduisant une voiture.

Cecilia Abadie - l'une des quelque dix mille personnes à avoir pu tester les Google Glass avant leur commercialisation prévue en 2014 - conteste à présent cette amende. Elle affirme que ces lunettes à haute valeur technologique n'étaient pas activées pendant qu'elle conduisait sa voiture et que la loi en fonction de laquelle elle a été verbalisée, ne s'applique qu'aux écrans TV et d'ordinateurs et pas aux gadgets portables tels les Google Glass.

La loi n'a en effet pas été adaptée à ce qu'on appelle en jargon la 'wearable technology'. Entre-temps, des propositions de loi ont cependant été déposées dans trois états américains en vue d'interdire le port de 'lunettes internet' en conduisant un véhicule.

Il y a peu, en Californie, une dame appelée Cecilia Abadie a reçu un PV pour avoir porté des lunettes Google Glass au volant. Selon la police, cela s'assimilait au visionnement d'un film ou d'un écran d'ordinateur tout en conduisant une voiture. Cecilia Abadie - l'une des quelque dix mille personnes à avoir pu tester les Google Glass avant leur commercialisation prévue en 2014 - conteste à présent cette amende. Elle affirme que ces lunettes à haute valeur technologique n'étaient pas activées pendant qu'elle conduisait sa voiture et que la loi en fonction de laquelle elle a été verbalisée, ne s'applique qu'aux écrans TV et d'ordinateurs et pas aux gadgets portables tels les Google Glass. La loi n'a en effet pas été adaptée à ce qu'on appelle en jargon la 'wearable technology'. Entre-temps, des propositions de loi ont cependant été déposées dans trois états américains en vue d'interdire le port de 'lunettes internet' en conduisant un véhicule.