Via cette brèche, des pirates peuvent abuser des applis Android, qui tournent sur le Samsung Galaxy. Il leur est possible aussi de procéder à ce qu'on appelle de la 'remote code execution', par laquelle ils peuvent, à l'insu de l'utilisateur, installer des applis mal intentionnées, écouter les communications et dérober des données personnelles.

NowSecure avait fin 2014 déjà alerté Samsung à ce sujet. Le CERT et l'équipe de sécurité d'Android en ont également été informés. Cela s'est traduit par la sortie d'un patch à destination des fournisseurs wifi au début de cette année, mais cela signifie que chaque fournisseur doit faire suivre le patch vers ses abonnés via son propre réseau. Lors de tests, NowSecure a observé la semaine dernière que le Galaxy S6 était encore et toujours vulnérable à cette faille sur les réseaux de fournisseurs en vue tels Verizon, Sprint, AT&T et T-Mobile.

Selon Welton, cette brèche touche à coup sûr les Galaxy S6, S5, S4 et S4 Mini, mais il insiste sur le fait qu'il ne s'agit pas là d'une liste exhaustive.

Source: Automatiseringgids