L'attaque a débuté lundi après-midi. Belnet même parle de deux brèves attaques de dix minutes lancées sur une cible spécifique. Le 'transit link' a par conséquent été saturé. L'organisation elle-même évoque une réduction de la connectivité pour certains clients.

C'est déjà la deuxième attaque DDoS ce mois-ci chez Belnet. Le 13 janvier en effet, l'opérateur avait été la victime d'une agression de ce genre. Et en mai de l'année dernière, le réseau avait été saturé de la même façon.

Belnet est le réseau belge d'ordinateurs conçu à des fins de recherche. Il est aussi le fournisseur internet de nombreux services publics, comme la plate-forme de réservation des vaccinations, les Services Publics Fédéraux (SPF), l'audiovisuel public, ainsi que les universités et les hautes écoles. Il en résulte qu'une attaque lancée sur Belnet peut avoir un sérieux impact direct sur pas mal d'applications et d'organisations.

Update 16 heures:

Belnet confirme que les attaques ont débuté aux environs de 14 heures. La première a duré quelque cinq minutes, et la seconde un quart d'heure. Elles ciblaient un seul client (non nommément cité), mais en raison de la saturation du 'transit link', tous les utilisateurs ont pu connaître des problèmes.

Depuis lors, les difficultés ont disparu. Après la lourde attaque DDoS de l'année dernière, Belnet avait investi dans des mesures supplémentaires pour contrer ce type d'agressions ou les limiter autant que possible. Cela semble à présent porter ses fruits.

L'attaque a débuté lundi après-midi. Belnet même parle de deux brèves attaques de dix minutes lancées sur une cible spécifique. Le 'transit link' a par conséquent été saturé. L'organisation elle-même évoque une réduction de la connectivité pour certains clients.C'est déjà la deuxième attaque DDoS ce mois-ci chez Belnet. Le 13 janvier en effet, l'opérateur avait été la victime d'une agression de ce genre. Et en mai de l'année dernière, le réseau avait été saturé de la même façon.Belnet est le réseau belge d'ordinateurs conçu à des fins de recherche. Il est aussi le fournisseur internet de nombreux services publics, comme la plate-forme de réservation des vaccinations, les Services Publics Fédéraux (SPF), l'audiovisuel public, ainsi que les universités et les hautes écoles. Il en résulte qu'une attaque lancée sur Belnet peut avoir un sérieux impact direct sur pas mal d'applications et d'organisations.Update 16 heures:Belnet confirme que les attaques ont débuté aux environs de 14 heures. La première a duré quelque cinq minutes, et la seconde un quart d'heure. Elles ciblaient un seul client (non nommément cité), mais en raison de la saturation du 'transit link', tous les utilisateurs ont pu connaître des problèmes.Depuis lors, les difficultés ont disparu. Après la lourde attaque DDoS de l'année dernière, Belnet avait investi dans des mesures supplémentaires pour contrer ce type d'agressions ou les limiter autant que possible. Cela semble à présent porter ses fruits.