Depuis hier jeudi, plusieurs applis Twitter externes ne fonctionnent plus comme elles devraient. Il s'agit là de la conséquence d'une adaptation chez Twitter, par laquelle, selon le site, un certain nombre d'outils de développement assez anciens ne sont plus supportés. Twitter a, selon elle, pris cette décision, afin de mieux appliquer ses directives, de limiter les trolls et d'exercer un meilleur contrôle sur l'utilisation et les données.

Voilà pour l'explication formelle de la part de l'entreprise même, car les développeurs apprécient moins le choix effectué. Les auteurs de plusieurs applis externes, telles Tweetings et Twiterrific, tiennent en effet un tout autre langage. C'est ainsi que le Twitterstream auquel les développeurs avaient libre accès, est remplacé par une API Account Activity.

Or cette API n'autorise que 15 comptes. Quiconque souhaite desservir davantage d'utilisateurs, doit verser 2.899 dollars par mois par tranche de 250 usagers supplémentaires. Les développeurs affirment qu'ils devraient de ce fait facturer 16 dollars par mois et par utilisateur simplement pour atteindre le seuil de rentabilité. Ils craignent en outre qu'en agissant de la sorte, Twitter veuille surtout privilégier ses propres applis.

Ce dernier point semble parfaitement possible, quand on sait que certaines fonctions (polls, bookmarks, Periscope et d'autres encore) ne fonctionnent que via le site et les applis de Twitter. Le senior director Data Enterprise Solutions chez Twitter, Rob Johnson, affirme de son côté que moins d'un pour cent des applis externes utilisait les anciens outils. L'on ne sait cependant pas savoir clairement par combien de comptes Twitter effectifs ces outils sont utilisés.